NOUS SOMMES POUR UNE ÉCONOMIE NON-VIOLENTE :

L’humanité est arrivée à un moment critique de son histoire puisque l’industrialisation et la mondialisation ont imposé, par le biais de lobbys économiques, un modèle mondial dominant de consommation, tant des ressources naturelles (charbon, pétrole, eau, minerais) que des ressources biologiques animales et végétales, qui n’est ni soutenable, ni souhaitable.

La croyance en les bienfaits pour tous d’une croissance économique infinie soutenue notamment par l’accès au crédit, la publicité et l’obsolescence programmée entraîne une surproduction et une surconsommation. Cette surconsommation est non seulement une catastrophe environnementale (pillage des ressources naturelles nécessaires à la production, augmentation des déchets, pollution des eaux, des sols et de l’air... ) mais c’est également un leurre agité devant 80 % des individus de la planète pour permettre aux 20 % restant d’être les plus riches.

Cette surconsommation est une source d’inégalités sociales, de précarisation, de stress et, au final, de mal-être, puisque l’abondance de biens matériels et de services nous est présentée comme la condition nécessaire et presque suffisante au bonheur. Or, il existe une tension croissante entre l’approche privilégiant le développement prioritaire de l’économie globalisée par la production de masse et une approche focalisée sur la qualité de vie, un environnement sain et accueillant qui considère l’économie comme un des outils pour y parvenir.

Participons à la construction d’une économie soutenable et équitable par le développement d’une société collaborative et par une relocalisation importante de l’économie.

Articles dans cette section

  • Lobbying : l’épidémie cachée

    Le rapport publié par les Amis de la Terre France et l’Observatoire des multinationales montre comment, alors que la situation sanitaire attirait toute l’attention, les industriels et leur lobbys ont multiplié les attaques contre les régulations sociales et environnementales pour capter des aides (...)
  • Argumentaire pour une nouvelle consultation publique

    Vous trouverez ici l’argumentaire établi avec notre conseiller juridique afin d’exiger à l’ONDRAF une nouvelle consultation publique pour la gestion des déchets radioactifs conditionnés de haute activité et/ou de longue durée de vie. Pour en savoir plus sur cette action, c’est par ici. ARGUMENTAIRE (...)
  • Confinement & Surveillance

    Depuis le 18 mars, la Belgique est en confinement. Une situation sans précédent qui a mis en exergue les inégalités structurelles au sein de la population, là où certain·es ont la chance d’avoir un jardin, une famille et un savoir-faire pour occuper pleinement leur temps libre, d’autres se retrouvent (...)
  • Consultation publique sur les déchets radioactifs

    Vous en avez certainement déjà entendu parler, l’ONDRAF a choisi de consulter les citoyen·nes entre le 15 avril et le 13 juin... en période de confinement ! Coïncidence ? A vous de juger. On vous invite néanmoins à répondre à cette consultation sur le stockage des déchets radioactifs de haute activité (...)
  • Organisons notre sécurité alimentaire !

    Face à la crise historique engendrée par la pandémie de coronavirus Organisons notre sécurité alimentaire ! [ Convaincu.e.s par la carte blanche ? Devenez signataire en quelques secondes ici ] Collectif de signataires* Ce 26 mars, les Nations Unies ont lancé un avertissement : « les mesures de (...)
  • Et le jour d’après ? Pour un « CoronaReset »

    De la part d’un groupe de citoyens issu de la société civile et de la sphère culturelle, de citoyens actifs dans une volonté de changer ce monde pour que ce saut de paradigme tant espéré voie le jour, pour qu’après cette crise sanitaire mondiale, on ne nous resserve pas la même soupe, devenue imbuvable. (...)
  • Journée Internationale des Luttes Paysannes - E-mobilisation

    Le 17 avril, c’est la Journée Internationale des Luttes Paysannes. Comme chaque année, nous nous mobilisons pour les droits des paysan.nes du monde entier. Cette année, nous resterons chez nous, mais pas en silence ! D’une part nous voulons remercier celles et ceux qui nous nourrissent, qui de la (...)