« Les Amis de la Terre expérimentent et proposent un nouvel art de vivre dans la simplicité. L’association s’engage en faveur de transformations sociétales pour permettre aux êtres vivants d’évoluer en harmonie et en équité ».

Nos trois thématiques principales sont :

  • Pour une Terre vivante
  • Pour une vie plus simple
  • Pour une économie non-violente

Ces actions d’éducation permanente sont mises en place par des volontaires organisés en groupes locaux, en Wallonie et à Bruxelles. L’association a fêté ses 40 ans en 2016. Elle fait partie d’un très large réseau international, appelé "Friends of the Earth", actif sur tous les continents.

Deux slogans peuvent résumer notre philosophie  :

  • "Penser globalement, agir localement"
  • "Commencer par changer le monde en se changeant soi-même"

Plus récemment, nous avons fait le choix de nous inspirer du trépied du "REV" de Patrick Viveret, c’est à dire : Résistance, Expérimentation, Vision. Enfin, notre gouvernance interne est en pleine évolution vers un système d’organisation en cercles, pour davantage d’horizontalité, de dynamisme et d’efficacité. Nous utilisons de plus en plus d’outils d’intelligence collective et de prise de décision au consentement.

Notre action est fondée sur le constat que la dégradation de notre environnement naturel et les inégalités sociales croissantes sont les conséquences du mode de développement de nos sociétés occidentales. Il est illusoire de penser régler ces maux sans rien modifier par ailleurs aux mécanismes économiques, politiques et culturels de notre société.

Le mode de vie dans les pays occidentaux est lié à des choix politiques et socio-économiques. Les gestes quotidiens ont donc leur importance lorsqu’ils sont vus dans leur globalité. Toute démarche individuelle ou collective peut donc influencer le cours des choses à un certain niveau. Les réponses aux crises environnementales et sociales ne viendront donc pas d’en haut. Elles sont déjà portées par des milliers de citoyens en Belgique, des millions à travers le monde, et n’attendent qu’à être entendues par le plus grand nombre et les responsables politiques.

Les Amis de la Terre ne sont rattachés à aucun mouvement politique, religieux, ethnique ou culturel et sont reconnus comme mouvement d’éducation permanente par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Articles dans cette section

  • 1970s : un terreau contestataire

    Les bases de l’écologie se construisent dans le courant des années soixante et au début des années septante autour de la croissance économique et de la société de consommation ; du combat antinucléaire et de la promotion des énergies renouvelables ; de la valorisation de la biodiversité et de la (...)
  • 1976-1981 : Il était une fois sur la Terre, des amis...

    « Le présent manifeste a été approuvé lors de l’assemblée générale extraordinaire des Amis de la Terre, le 6 février 1977. […] Son but : servir de base de réflexion et de référence permanente aux membres et aux différents groupes régionaux des Amis de la Terre dans leur action culturelle et politique mis (...)
  • 1977-1978 : mobilisation contre le nucléaire

    Dès 1969, un projet d’installation nucléaire se dessine près d’Andenne, mais il faudra attendre 1976 pour que les candidats aux élections s’y opposent. En mai 1977, le conseil communal décide d’une consultation populaire, fixée au 10 octobre 1977. Après un sondage de la population plutôt défavorable à (...)
  • 1977-1978 : du gauchisme à l’écologie

    Dans les années 70, jeune étudiant en droit, je me sentais proche des « gauchistes contestataires » post-soixante-huitards, ainsi que des pacifistes et des tiers-mondistes. Sans réelle formation politique, je fréquentais indistinctement les « chrétiens de gauche », les communistes, les maoïstes, les (...)