Le Prix belge de l’Energie et de l’Environnement [1] a récompensé cette année un de nos membres, Vincent Golard. Il a reçu le Prix Eco-Citoyen 2007, un trophée particulier destiné à un citoyen dont les réalisations remarquables se sont soldées par une amélioration manifeste de la qualité de l’environnement de son espace de vie, de son quartier, de sa ville, de son école...

Nous publions ici le texte qu’il a prononcé lors de la remise de son prix. Par ailleurs, Vincent s’est engagé activement dans notre mouvement, organisant par exemple des visites de son habitation à Spy. De telles visites seront ré-organisées dans un avenir proche, en fonction de la demande et de nos disponibilités ; prendre contact avec notre secrétariat pour tout renseignement.


L’écologie, c’est en effet mon objectif. Mais ce que je vise avant tout c’est l’économie, non pas celle qui fait mal et qui nous contraint, mais bien la bonne économie, celle qui procure un réel plaisir d’apaisement : celui de retrouver un chemin « qui tient la route » et pas celui qui s’offre tout cuit à nous et conduit à notre perte.

C’est le plaisir de prendre une douche à l’eau de pluie chauffée par le soleil, de cette eau qui n’a pas été aseptisée par le chlore, là où une simple ultra-filtration mécanique suffit à la rendre meilleure à boire que l’eau de distribution. Un toit, une citerne, une pompe et quelques filtres, des panneaux solaires, rien d’exceptionnel en Belgique, et cela suffit à procurer cette bonne économie qui raccourcit son cycle : « De la gouttière au robinet » selon le cahier des Amis de la Terre à qui je dois beaucoup.

Tant qu’à faire, raccourcir également le trajet des calories a également été mon choix : me chauffer à la sciure de bois recyclée (pellets) produite dans notre bonne Wallonie, avec le confort total d’une chaudière automatique, là aussi le plaisir est présent. Mais on sent qu’il est unique dans une vie lorsque l’on voit partir à jamais son ancienne chaudière à mazout qui a causé tant de dégâts en marées noires et en conflits internationaux, sans parler des générations futures qui souffriront longtemps à payer mon petit confort passé... C’est à donner le dégoût de monter dans une voiture puisqu’il faut bien passer à la pompe. C’est pourtant simple de l’éviter : une heure à vélo le matin pour se rendre au travail et une heure le soir, ça tient la route pour moi, du moins un jour sur deux, c’est toujours ça de pris.

Bon à prendre aussi, la réduction d’un bon tiers de ma consommation électrique sans baisse de confort, et le plaisir de rentrer le soir en allumant la lumière sans plus « offrir » de déchet irradiant à tant de nos enfants, grâce à un contrat 100% verts désormais disponible.

Pour compléter le plaisir, rien de tel que ces légumes et fruits bio qui poussent presque sans moi au jardin grâce au compost maison, qui allège nos poubelles de son constituant.

Le plus curieux c’est que même mon portefeuille profite substantiellement de ces économies de ressources, aidé par les incitants fiscaux raccourcissant à quelques années seulement les périodes d’amortissement de mes investissements.

Mais je ne comprends pas la difficulté de l’objectif Kyoto : réduire mes émissions de CO2 de 75% (10 fois Kyoto) en un an et ma consommation globale d’énergie de 50% en 7 ans a été possible sans gros effort grâce à ces technologies vertes désormais disponibles et à un cocktail d’autres mesures finalement simples malgré notre maison ancienne. L’effort majeur à été de m’informer. C’est sans doute ce désir de s’informer qui manque à d’autres pour généraliser ces résultats à un niveau national. Le susciter me tient à cœur.
Pousser plus loin l’analyse de ce qui entre et sort de notre « enveloppe personnelle » mène à démasquer la face cachée du cycle des ressources que nous gaspillons au quotidien. Les Amis de la Terre m’ont offert la possibilité de développer cette approche dans un dossier « Eco-attitudes » (à paraître en 2007)

Précisons qu’à la maison l’absence de télévision (appelée par Serge Latouche [2] « arme de destruction massive de cerveaux ») a rendu mon esprit disponible pour « échafauder mes plans », et les offrir à ma femme Florence et mes deux enfants Fanny et Louis.

Sites remarquables :

- http://www.greenpeace.org/belgium/fr/guide-energie
- http://energie.wallonie.be/xml/doc-IDC-2586-.html
- http://www.ecoconso.be/