L’humanité est arrivée à un moment critique de son histoire puisque l’industrialisation et la mondialisation ont imposé, par le biais de lobbys économiques, un modèle mondial dominant de consommation, tant des ressources naturelles (charbon, pétrole, eau, minerais) que des ressources biologiques animales et végétales, qui n’est ni soutenable, ni souhaitable. La croyance en les bienfaits pour tous d’une croissance économique infinie soutenue notamment par l’accès au crédit, la publicité et l’obsolescence programmée entraîne une surproduction et une surconsommation. Cette surconsommation est non seulement une catastrophe environnementale (pillage des ressources naturelles nécessaires à la production, augmentation des déchets, pollution des eaux, des sols et de l’air... ) mais c’est également un leurre agité devant 80 % des individus de la planète pour permettre aux 20 % restant d’être les plus riches. Cette surconsommation est une source d’inégalités sociales, de précarisation, de stress et, au final, de mal-être puisque l’abondance de biens matériels et de services nous est présentée comme la condition nécessaire et presque suffisante au bonheur. Or, il existe une tension croissante entre l’approche privilégiant le développement prioritaire de l’économie globalisée par la production de masse et une approche focalisée sur la qualité de vie, un environnement sain et accueillant qui considère l’économie comme un des outils pour y parvenir.

Participons à la construction d’une économie soutenable et équitable par le développement d’une société collaborative et par une relocalisation importante de l’économie.

Articles dans cette section

  • De la disparition des communs à leur retour

    Cet article est paru dans la revue annuelle des Amis de la Terre "Pour une économie non-violente". Vous souhaitez commander cette revue ? C’est par ici ! Il est de plus en plus clair que nous atteignons un point de bascule entre un vieux monde qui ne fonctionne plus et un nouveau qui peine à (...)
  • En marche en 2020 pour un autre monde possible ?

    Les Amis de la Terre soutiennent la marche Jai Jagat 2020, à l’initiative du mouvement indien ’Ekta Parishad ’, qui nous mènera de Bruxelles à Genève, en septembre 2020, pour y porter la voix des paysan.ne.s du monde et l’exigence d’une société non-violente. En Belgique, la mobilisation commence ! Des (...)
  • COCITER. De la transition énergétique à la démocratisation énergétique

    Au sein des Amis de la Terre, cette année est placée sous le signe d’une énergie 100 % renouvelable ! Avec notre réseau européen Friends of the Earth, nous partageons l’ambition d’adopter 100 % d’énergies renouvelables et non-fossiles. C’est-à-dire sans nucléaire, sans gaz, sans charbon et sans pétrole. (...)
  • Le vivant est un modèle

    Cet article est paru dans la revue annuelle des Amis de la Terre "Pour une économie non-violente". Vous souhaitez commander cette revue ? C’est par ici ! A force de surexploiter les ressources de la Terre, notre modèle de civilisation arrive en bout de course. Et si la nature nous aidait à (...)
  • La chaîne humaine s’est bien déchaînée

    Les Ami.e.s de la Terre étaient présent.e.s à la chaîne humaine le 25 juin. Nous étions de nombreux.ses. Amis de la Terre, accompagné.e.s par d’autres associations à se joindre aux citoyens belges mais aussi allemands et hollandais afin de former une chaîne humaine de 90 km reliant Tihange à (...)
  • L’écoféminisme, un regard indispensable face à l’anthropocène

    Cet article est paru dans la revue annuelle des Amis de la Terre "Pour une économie non-violente". Vous souhaitez commander cette revue ? C’est par ici ! L’écoféminisme met en relation deux formes de domination : celle des hommes sur les femmes, celle des humains sur la nature. Comme l’écologie et (...)
  • Les failles évoluent toujours à Tihange 2

    COMMUNIQUE DE PRESSE L’AFCN voulait cacher une information sensible Bruxelles, le 21 juin 2017 - Electrabel a réalisé elle-même des inspections pendant des entretiens des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2. L’entreprise était obligée de vérifier si les fissures dans les cuves de ces réacteurs (...)
  • Lampiris et Total, noces funèbres sous peinture verte

    Ce mardi 13 juin, nous diffusons une photo symbolique sur le mariage raté dénonçant le rachat de Lampiris par le géant Total, un an après. Hier, des volontaires ont joué les figurants sur le parvis de la Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles. Face à la domination des multinationales, les (...)