Ce jeudi 24 août, une centaine d’activistes de Belgique ont rejoint l’action de blocage d’une mine de charbon en Allemagne au nom de la justice climatique. Ende Gelände est parmi les plus grandes actions de désobéissance civile de masse en Europe.

L’année passée plus de 3500 personnes avaient participé à l’action et bloqué la mine pendant 48h.

Le but de l’action est d’envoyer un message clair pour la justice climatique en s’attaquant aux géants du charbon. Ils pointent par leur action la responsabilité des grandes multinationales dans les changements climatiques. Selon une étude par E-RSE, 90 entreprises, surtout actives dans le secteur de l’énergie, sont responsables de 2/3 des émissions de CO2 (1). Ils réclament le besoin d’une transformation de la production énergétique reposant sur le respect de l’environnement, la décentralisation et la démocratie directe dans laquelle les gens prennent eux-mêmes les décisions d’usage et de production.Ils s’attaquent au capitalisme de manière transversale en pointant les impacts du changement climatique. Ils dénoncent les questions de pouvoir, les mécanismes d’exploitation, de domination et de discrimination qui y sont liés et qui mettent en péril les conditions sociales, économiques et politiques dans de nombreux pays.

Bien que l’Allemagne soit souvent citée sur la scène internationale comme un modèle en matière de transition énergétique pour enrayer le changement climatique, elle reste le premier producteur mondial de lignite (aussi appelé charbon brun). Dans le bassin du Rhin, en Lusace et dans la région minière autour de Leipzig, des dizaines de villages entiers sont détruits par les pelleteuses et des forêts rasées. Depuis 1950, 40 000 personnes ont été expulsées de leur maison en lien avec la production de charbon et 12 villages supplémentaires sont menacés.

Leur volonté est de mettre des bâtons dans les roues de l’industrie minière et combattre la crise climatique précisément là où elle est déclenchée.

Leur message : « Pas plus loin – contre le charbon, pour la justice climatique ! »

Le départ en bus est porté par le collectif Ende Gelände Belgium avec le soutien de la JOC, 350.org Belgium, Les Amis de la Terre, ADES et écolo j. La dynamique a rassemblé une centaine de personnes et pourrait être un point de départ pour les mobilisations pour la justice climatique autour de la COP 23 à Bonn en novembre prochain.

Selon Camille qui était déjà présente à Ende Gelände l’année passée : "Il me parait important de répéter notre volonté et surtout notre besoin de justice climatique jusqu’à ce que le message passe et que des actions concrètes soient prises en ce sens.

Les géants des énergies fossiles ont déjà causé assez des dégâts, et pas seulement environnementaux. » et elle poursuit : « Tant que ces multinationales de l’industrie énergétique tels que RWE, E.on, Vattenfall, EPH et EnBW continueront de contrôler la chaîne de production énergétique, ils l’utiliseront pour en tirer le plus de profits possibles, aux détriments de la nature, des populations et du climat. Les injustices causées par le capitalisme ne font que s’accentuer. Le but de cette action de blocage de la mine est donc un moyen fort et utile de montrer notre détermination pour lutter pour une société plus juste. »

Contact presse : Camille (Ende Gelände Belgium)