Photo : P.Lechien

L’été arrive à grands pas et peut-être que, comme nous, vous êtes du genre à vous décider à la dernière minute ou à partir en fin de saison, après les grandes vagues migratoires des juillettistes et des aoûtiens. L’été dernier, en 2016, nous avons vécu une semaine en famille dans une auberge espagnole, et plus précisément, dans une auberge catalane. Nous l’avons découverte par hasard, sur la toile, et ce fut une très chouette et sympathique expérience. Pourquoi la partager avec les Amis de la Terre ? Et bien tout simplement parce que je pense que la philosophie de cette auberge pourrait rencontrer les attentes de pas mal d’entre nous.

Elle s’appelle « Can Sala », elle est perdue en pleine nature au milieu des contreforts des Pyrénées orientales, coté espagnol. « Can », en catalan, c’est la même chose que Mas en français, c’est une grosse bâtisse rurale historique où vivaient le maître des lieux et sa famille (la famille Sala) ainsi que tout son personnel de maison et parfois agricole. Construite principalement en pierre du pays dans une architecture typique de la région (les fondations dateraient du 12ème siècle), l’endroit est authentique et d’un charme fou. Elle a été rénovée en 2012 par quelques passionnés pour en faire une auberge touristique, et c’est là que ça devient particulier. Pas juste un « hôtel » comme un autre, on y cultive une certaine philosophie de vie, c’est à la mode vous me direz, c’est vrai, et tant mieux !

Nous avons sans doute tous été au moins une fois (souvent plus) écœurés par les ravages écologiques et humains du tourisme de masse ou de l’exploitation à outrance de sites touristiques. A « Can Sala », on vit simplement avec tout le confort moderne pourtant. On peut loger en chambre double, mais on peut aussi partager un dortoir ou faire du camping dans les jardins qui entourent le domaine. On partage toujours une grande salle de bain ou plutôt salle de douche, enfin une pour les femmes et une pour les hommes, rassurez-vous, et on y utilise du savon naturel parce que l’auberge n’est pas raccordée aux égouts évidemment, tout finit dans la nature et même dans le ruisseau, il faut donc « polluer » au minimum les eaux qui seront traitées sur place. L’eau vient de la montagne, elle est captée en amont dans le ruisseau et chauffée au soleil dans une immense bâche noire.

Il y a une piscine aussi, attrait touristique oblige, mais elle n’est pas en plastique ni en carrelage bleu turquoise, et l’eau de pluie qui l’alimente n’y est pas transparente du tout. C’est un bassin de pierres cimentées, un ancien réservoir d’eau. Quand les enfants l’ont vu en photo, ils m’ont dit : « On va pas se baigner là-dedans, papa, quand même, c’est tout vert, beurk ! » Je pense qu’ils ne se sont jamais aussi bien rafraîchis et nous aussi. Il faut dire qu’en été, là-bas, il fait très chaud et le soleil tape. Parfois, si vous y alliez le premier, le matin, vous pouviez partager la piscine avec quelques grenouilles.

On peut aussi manger à Can Sala, déjeuner ou souper. Vous découvrirez une cuisine locale mais surtout des ingrédients locaux. Ils privilégient les circuits courts et ils cultivent aussi plein de légumes dans d’immenses potagers sur le domaine. Il y a aussi des chèvres, des chevaux, des poules mais on ne les mange pas. Le petit déjeuner est un buffet avec plein de céréales, fruits secs, œufs et autres produits agricoles, ils ont une attention pour les allergies. Le soir, sur demande, vous pourrez manger végétarien, la cheffe cuistot est une japonaise « catalanisée ». Pour les non avertis, comme moi, c’est spécial, pour les enfants, pas toujours facile, mais c’est une éducation et une expérience comme une autre.

On y trie les déchets et on y vit calmement dans le respect des autres. Seul petit bémol, en pleine saison, il y avait quand même beaucoup de hollandais et de flamands, mais cela ne refroidit pas tout le monde. Enfin, la région est très belle je trouve, on peut y pratiquer des balades magnifiques à la découverte d’un vieux monastère perché sur un nid d’aigle ou de volcans éteints dans la zona volcanica de la Garrotxa. En voiture, vous partirez visiter la superbe Girona ou irez passer une journée à la Costa Brava et ses plages méditerranéennes, si vous cherchez bien, il en reste quelques sauvages, mais il faudra marcher, loin des voitures...

Bonnes vacances.

Plus d’infos : http://www.cansala.es/

squelettes/aside/dist.html