Pour ce dimanche 24 juin 2007, affiches, flèches et autres indications routières nous guident vers le paisible hameau de Roloux, écrin de campagne (de plus en plus cité dortoir) de notre belle commune hesbignonne de Fexhe-Le-Haut-Clocher. L’invitation est au défoulement touristico-convivialo-auto : un rallye touristique s’y déroulera !

Notre région « regorge » décidément d’initiatives motorisées en tous genres : à Bierset, commune voisine, s’est tenu, il y a quelques semaines, un W-E meeting d’hélicoptères. Baptêmes de l’air, démonstrations, rien ne manquait pour assouvir en masse le rêve de voler comme les oiseaux. Dans cette même commune se trouve un vrai circuit de course pour modèles réduits d’automobiles. Chacun son rêve, chacun sa manière de brûler du carburant ! Début juin, il y a eu une concentration de motos, déjà dénoncée par les Amis de la Terre, et pour satisfaire tous les automobilistes, voici enfin un rallye, avant les vacances et les transhumances de masse.

Nous, Amis de la Terre - régionale Est - dénonçons sans retenue ces activités et notamment le rallye à venir à Roloux. Comme déjà dit et répété, le protocole de Kyoto, le réchauffement climatique, le film du vice-président américain Al Gore, le rapport Stern sur le coût astronomique des catastrophes climatiques à venir, la mention quasi quotidienne dans les médias des impasses écologiques dans lesquelles nous fonçons mais aussi l’annonce du passage du « peak oil » [1] et la fin définitive du pétrole bon marché... : plus personne ne peut dire qu’il ignore !

Pourquoi une telle inconséquence dans les actes quotidiens ?

Une réponse est esquissée par le journaliste et essayiste Hervé Kempf [2] dans « Comment les riches détruisent la planète ». Les plus riches de la planète, nous, n’imaginons pas partager avec ceux du « Sud » ni ne nous soucions un instant de nous limiter pour laisser une planète vivable à ceux qui nous suivrons. Plus cyniques encore, les plus riches parmi les riches étalent leurs bagnoles surdimensionnées, se pavanent en déplacements futiles, en balades ou rallyes d’agrément, en caprices puérils ! C’est par le mépris des autres et de la « chose commune » qu’ils étalent leur prétendue supériorité ... comme si eux seuls pouvaient se permettre de brûler le capital pétrole, capital commun à toute l’humanité actuelle et à venir... et comme si eux seuls disposaient du droit inné à laisser leurs traces et les catastrophes écologiques qu’ils provoquent aux autres et aux générations futures.

Nous, Amis de la Terre, rappelons les valeurs que nous promouvons :

- Nos vies doivent se recentrer sur notre lieu d’habitation et cette relocalisation de nos vies implique une réduction de nos déplacements en tout cas motorisés.
- Les déplacements motorisés ne doivent être réservés qu’aux seuls usages « indispensables », lorsque les autres moyens de transports ou de déplacements sont impossibles (distance trop importante pour envisager la marche ou le vélo...) ou déficients (absence de desserte des transports en commun...).
- Les transports groupés, le principe de la voiture partagée... participent aussi à cette économie indispensable des ressources et à la préservation de notre seule planète Terre.
- Nous appuyons par ailleurs les thèses d’une augmentation programmée et continue du coût des carburants pour, notamment, réduire puis interdire de facto les utilisations irresponsables des ressources énergétiques.

Les Amis de la Terre - régionale Est

Relais local : Dominique Masset