La Vesdre, rivière qui fait vivre Verviers et sa vallée depuis des siècles, est actuellement menacée par la promotion financière.Une multinationale néerlandaise tente, avec la collaboration d’une partie du monde politique, de construire un énorme shoping center comprenant 30.000 m2 de surface commerciale, au cœur de l’ancienne cité lainière.

Outre le fait que l’on peut se poser bien des questions quant à l’opportunité d’un projet aussi pharaonique pour une ville de 54.000 habitants, nous nous devons de dénoncer les dégâts environnementaux et sociaux inacceptables que provoquerait irrémédiablement cette opération.

Depuis plusieurs années, la commune souhaite revitaliser le quartier « Spintay » tombé en désuétude. Prétextant ces intentions louables, un promoteur tente d’exploiter un filon : rentabiliser l’espace occupé par la Vesdre et ses berges, en le remplaçant par un immense bâtiment à vocation commerciale !

Le scandale est sans précédent en Europe. Toutes les villes ayant la chance de posséder un cours d’eau ont désormais compris qu’une rivière est un atout extraordinaire tant économique que social. Pour s’en convaincre, pensons au succès du « Big Jump » qui a eu lieu le 15 août dernier.

Une rivière dans la ville, c’est bien plus que de l’eau s’écoulant par-dessous les ponts qui l’enjambent... C’est prioritairement et par essence un couloir naturel dont la cohérence doit être intégralement respectée par l’homme. A cette seule condition, ses rôles récréatif, social et éducatif pourront être perçus par les citadins et les visiteurs.

C’est un lieu privilégié pour l’habitat, valorisé par la proximité du cours d’eau et des vues que celui-ci génère.

C’est un lieu de transition et de liaison de haute qualité entre des quartiers à vocations diverses.

En plein centre urbain, c’est un espace ouvert offrant des perspectives paysagères sur les coteaux boisés et les édifices repères qui composent son identité. En gâchant la rivière qui l’a structuré, une cité perd son attrait, son image, son âme, et contrarie dangereusement son développement durable.

Verviers doit sa notoriété et son essor à sa rivière. Depuis 30 ans, de nombreux travaux ont été effectués pour dégager et planter ses abords, aménager des pistes piétonnes et cyclables, épurer ses eaux. On pêche dorénavant la truite en plein centre de Verviers !

La capitale wallonne de l’eau se prépare-t-elle à réduire à néant tous ces coûteux efforts ? Sous prétexte de « modernité », veut-elle se ridiculiser en épousant les thèses d’une promotion financière digne des Golden sixties ? Veut-elle être montrée du doigt par la communauté internationale qui se mobilise désormais en faveur du développement durable ?

A Verviers, les habitants livrent déjà une bataille importante et concrète contre la rapacité de financiers sans scrupules et l’irresponsabilité des politiques.
Soutenons leur action.

Pour la Régionale de Liège des Amis de la Terre

Fernand Léonard

http://www.vesdre-avenir.be