La Heid des Gattes, site classé le 29/05/1952 et constitué en réserve naturelle le 25/09/1953, est actuellement sérieusement menacée.

Cette réserve naturelle, d’une superficie de plus de 8 ha, formée de roches siliceuses et calcaires intriquées et fissurées et de psammites, en bordure de l’Amblève, est un milieu unique en Belgique dont la valeur biologique exceptionnelle est reconnue à l’échelle européenne.

Elle abrite non seulement la célèbre Joubarbe d’Aywaille (Sempervirum funcki, var. aqualiense), espèce endémique, mais aussi d’autres plantes rares.

Une bataille juridique oppose de longue date les défenseurs de l’environnement à l’administration communale d’Aywaille qui tolère en ces lieux un camping illégal et tente à présent, par tous les moyens, de faire exécuter des travaux mécaniques sur la falaise de la Heid des Gattes afin d’y rouvrir une route et de permettre ainsi de détourner une partie du trafic automobile transitant par le centre d’Aywaille, ce charroi étant considéré comme une gêne pour les activités commerciales.