En Belgique

A l’occasion des élections dans les trois parlements
régionaux de Belgique, les permanents
du Big Ask ont présenté de façon originale
la demande spécifique de la campagne
pour une réduction des émissions de
gaz à effet de serre dans notre pays. 1000 des
cartes signées dans le cadre de la campagne
ont été suspendues au plafond de la gare
centrale à Bruxelles, au dessus d’un écran
vidéo géant diffusant le clip du Big Ask. Les
candidats aux élections de tous les partis
démocratiques étaient invités à recevoir une
version grand format de la carte. (A voir sur
le web : www.vimeo.com/5203595)

Après
ces élections, de nouvelles coalitions gouvernementales
se sont formées dans chaque
région. A Bruxelles et en Wallonie, ECOLO
a été le grand vainqueur et, suite au travail
de lobbying des Amis de la Terre, entre
autres, a pu faire inclure une proposition de
loi climat régionale dans les accords de gouvernement
de ces deux régions. Le contenu
précis de ces lois n’est pas encore connu,
mais leur inclusion dans les accords de coalition
signifie qu’elles ont une bonne chance
d’entrer en vigueur dans les cinq ans qui
viennent. Les compétences régionales comprennent
plusieurs domaines qui peuvent
influer sur le changement climatique (transport,
logement, agriculture, aménagement
du territoire). Les accords de gouvernements
comportent des objectifs précis à moyen et
long terme :

Pour la région bruxelloises, l’accord prévoit
un objectif de réduction des gaz à effet
de serre de 30% d’ici 2025, ainsi qu’une
réduction dans les transports de 20% d’ici
2020.

- En Wallonie, l’accord prévoit un
objectif de réduction des émissions de
40% d’ici 2020 et de 85-90% d’ici
2050, avec un recours aux compensations
à l’étranger limité à 25% .

Ces avancées sont dues dans une large
mesure aux résultats du parti vert en
Wallonie, et dans une moindre mesure au
succès de Groen ! (les Verts flamands) à
Bruxelles. La Flandre reste malheureusement
à la traîne. L’accord de gouvernement
flamand, également publié, ne mentionne
aucun objectif de réduction des émissions.
Le paysage politique flamand est très différent
en raison de l’absence des Verts en
majorité. Le Ministre Fédéral du Climat et
de l’Energie devrait déposer une proposition
de Loi Climat devant le Parlement
Fédéral dans les semaines ou les mois qui
viennent, cette loi s’appliquant aux secteurs
qui restent sous la responsabilité du gouvernement
fédéral (principalement l’énergie et
l’industrie). Plus d’information : Famke
Vekeman, famke[at]motherearth.org

En Autriche

Une proposition de loi climat fait partie
de l’accord de coalition du gouvernement
fédéral ; elle a obtenu le soutien des principaux
partis au gouvernement. Son
contenu précis fait actuellement l’objet
de négociations et la campagne Big Ask
continue de faire pression pour que cette
loi inclue des réductions conséquentes
des émissions.

En Tchéquie

La campagne Big Ask n’a été lancée qu’au
printemps 2009, mais est d’ores et déjà
soutenue par le parti Vert et les Sociauxdémocrates.
La campagne bénéficie également
du soutien de l’ex-Président de la
République Václav Havel, ainsi que de
plusieurs personnalités médiatiques. Cet
été, les militants de Hnuti DUHA (les
Amis de la Terre-Tchéquie) seront présents
aux principaux festivals de musique
et de cinéma pour y rencontrer le public
et faire connaître les demandes de la campagne.

En Angleterre :

les compensations-
carbone, une
alternative dangereuse
La campagne The Big Ask, née au
Royaume-Uni, y a connu sa première
grande victoire avec l’adoption en
novembre de la première Loi Climat au
monde, grâce au soutien massif du public
et de personnalités comme le leader du
groupe Radiohead, Thom Yorke. Les Amis
de la Terre suivent de près la mise en
oeuvre de ce texte de loi. La politique climat
du gouvernement britannique reposera
essentiellement sur trois axes : le recours
aux énergies renouvelables, une politique
des transports et une stratégie industrielle
également sobres en carbone. Les Amis de
la Terre tentent de faire minimiser autant
que possible le recours aux compensations-
carbone à l’étranger, qu’ils considèrent
comme une manière commode d’éviter
de réduire les émissions au plan national.
Plutôt que de réduire leurs propres
émissions, les nations industrialisées peuvent
en effet payer les Pays en
Développement pour le faire chez eux.
Une publication récente des Amis de la
Terre britanniques étudie le principal système
de compensation carbone - le
Mécanisme de Développement Propre - et
montre qu’en pratique les compensations
carbones ne mènent pas à une réduction
globale des émissions, pas plus qu’elles ne
bénéficient au pays en développement. En
réalité, elles mènent simplement à trouver
de plus en plus d’astuces pour éviter de
réduire les émissions. A télécharger ici (en
anglais) :
http://www.foe.co.uk/resource/briefing_n
otes/dangerous_distraction.pdf

En Finlande

Les Verts soutiennent l’idée d’une loi climat
et invitent les autres partis à se joindre à leur
appel pour une directive européenne
contraignant chaque Etat-Membre à réduire
ses émissions de gaz à effet de serre. Maan
ystävät (Les Amis de la Terre - Finlande)
continuent de faire campagne pour une loi
nationale et ont organisé le 5 septembre
une grande action semblable à celle qui est
prévue à Copenhague en décembre.

En Hongrie

Suite aux nombreuses actions locales et
débats organisés par les Amis de la Terre,
le Parlement Hongrois a adopté une résolution
historique le 22 juin, définissant le
contenu d’une loi climat nationale.
Initiée par les AdT Hongrie et le Conseil
National du Développement Durable,
cette résolution a reçu un soutien sans
précédent de tous les partis. Elle se base
sur une diminution du recours aux carburants
fossiles, une augmentation des
renouvelables et des économies d’énergie.

En Irlande :

Les AdT Irlande et la coalition irlandaise
’Stop Climate Chaos’ ont réuni plus de
1.000 personnes sur la plage de Dublin
pour y dessiner un sablier géant, avec un
message clair : le temps passe, il va être
trop tard pour trouver des solutions équitables
à la crise climatique. (Regardez la
vidéo de l’action à l’adresse :
http://www.stopclimatechaos.ie/). Sur la
demande des Verts, le gouvernement
irlandais doit travailler à une proposition
de loi relative au climat.

En Ecosse :

on fête la
victoire de la campagne
Big Ask
La loi climat écossaise, adoptée le 24 juin
dernier, est l’une des premières législations
au monde en la matière. Elle résulte
du travail mené par la coalition ’Stop
Climate Chaos Scotland’ et va encore
plus loin que la loi britannique, en définissant
un objectif de réduction des
émissions de gaz à effet de serre de
42% d’ici 2020 - l’objectif le plus
ambitieux fixé par une loi dans le
monde. Ce vote faisait suite à un impressionnant
soutien en faveur d’une action
rapide, exprimé par des scientifiques, des
célébrités écossaises et des militants, qui
ont travaillé dur pour arriver à ce fantastique
résultat.

Véronique Cornette