Est-ce un paradoxe d’envisager la fabrication d’une mare dite « naturelle » ? Oui et non. Oui, car il est préférable de veiller à ce que ces points d’eau restent présents en nombre suffisant dans nos paysages notamment pour assurer la pérennité des nombreuses espèces animales et végétales qui y trouvent un biotope propice. Non, car notre environnement, « travaillé » depuis des siècles, n’offre plus guère de zones où la nature règne en maître depuis longtemps et que, dès lors, recréer un point d’eau en cohérence avec les éléments naturels, inertes ou vivants, garde tout son sens.

Les Amis de la Terre-Belgique sont actifs depuis longtemps à la fois sur les thèmes d’un meilleur accueil de la nature dans les jardins et d’une protection des ressources en eau.

Populariser la mare au naturel s’inscrit ainsi au coeur de nos actions : des publications lui ont été consacrées, une mare naturelle a été construite par des membres sur le site du siège du mouvement dans le village de Dave. Conférences et exemple de mare sont proposés dans le cadre du Salon de l’Eau et de l’Ecologie à la Maison des Amis de la Terre organisé traditionnellement en avril à Namur et, dans la foulée, nos membres organisent des portes ouvertes au public pour des visites commentées de réalisations de mares naturelles dans plusieurs régions.

Dans un contexte d’urbanisation croissante, de remembrements agricoles et de menaces sur la biodiversité tant animale que végétale, promouvoir la mare au naturel constitue une manière de protéger biotopes et patrimoine vivant.