La réalité et la gravité des changements climatiques a imposé la lutte contre le réchauffement global dans tous les agendas politiques.

En quête de symboles forts et d’images médiatiquement porteuses pour témoigner de l’importance qu’ils accordent à cet enjeu, de nombreux responsables politiques se sont référés à Nicolas Hulot et au « Pacte écologique » français.

Afin de permettre à ces décideurs de passer du stade de la déclaration d’intention à celui de l’engagement, les associations environnementales belges (Inter-Environnement Wallonie ­ fédération regroupant près de 150 associations, Les Amis de la Terre, le WWF, Natagora, l’Apere, Group One, Espace Environnement, Inter-Environnement Bruxelles) préparent avec la Fondation Nicolas Hulot Belgique un « Pacte écologique » adapté aux réalités nationales.

Ce document sera présenté à la presse en mars avant d’être soumis à la signature des politiques mais aussi des citoyens désireux de s’engager pour préserver l’avenir de la planète. Lancé en France le 7 novembre 2006 par Nicolas Hulot avec pour objectif de placer la lutte contre le réchauffement global au centre de la campagne présidentielle, le « Pacte écologique » a été un des événements majeurs de la vie publique française de ces trois derniers mois. Plus de 500.000 personnes à ce jour ont signé le Pacte, actant ainsi leur volonté de voir l’enjeu écologique devenir le maître-étalon des décisions à prendre et des actions à mettre en oeuvre. L’ensemble des candidats à la fonction présidentielle, exception faite de ceux placés aux extrêmes de l’échiquier politique, se sont également engagés en ce sens.

En Belgique, de nombreux responsables politiques interpellés sur la question climatique font référence à Nicolas Hulot et à sa démarche pour affirmer leur position volontariste ; plusieurs de ces responsables ont par ailleurs signé spontanément le Pacte. La Fondation Nicolas Hulot Belgique se réjouit de ces marques d’intérêt. Il lui a toutefois semblé nécessaire d’aller au-delà de la simple déclaration d’intention. C’est pourquoi elle s’est associée à des associations d’environnementales belges afin de mettre en place un processus permettant à chacun(e) de s’engager dans le contexte national. Sous le pilotage de la Fondation Nicolas Hulot Belgique et d’Inter-Environnement Wallonie, ces associations travaillent à la rédaction d’une version du « Pacte écologique » adaptée à la réalité de notre territoire et de nos institutions. Ce document énonçant des objectifs clairs et des propositions concrètes sera soumis à la signature des candidats aux législatives de juin prochain. En y souscrivant, ceux-ci affirmeront solennellement leur volonté d’agir et de faire de l’écologie une priorité dépassant les clivages politiques. Les citoyens seront eux aussi invités à signer. Par-delà l’engagement personnel à adopter des comportements respectueux de l’environnement, cette signature témoignera aux politiques du soutien populaire dont ils bénéficient dans ce combat essentiel contre un phénomène qui menace tous les équilibres de la planète.

La version belge du « Pacte écologique » sera présentée officiellement mi-mars.

Contacts :
- Pierre Titeux, Attaché de presse Inter-Environnement Wallonie : 081.255.284 ­ 0479.497.656
- Jean-Yves Saliez, Sécrétaire Général Inter-Environnement Wallonie : 0476.999.603
- Bernard Carton, Fondation Nicolas Hulot Belgique : 0495.244.674 ­