Depuis le début de la crise Covid, de plus en plus de personnes travaillent et socialisent à domicile, ce qui nécessite de nouveaux outils de communication. Les Ami.es de la Terre ont choisi d’utiliser des logiciels de visioconférence libres et plus respectueux de nos données. Le point ici.

Depuis le début de la crise Covid, de plus en plus de personnes travaillent et socialisent à domicile, ce qui nécessite de nouveaux outils de communication. C’est pourquoi on remarque une augmentation de l’utilisation de logiciels de visioconférence, et tout particulièrement de Zoom, qui a connu une augmentation de 2000% depuis l’année passée [1]. Cependant, ce logiciel, ainsi que son acolyte Microsoft Teams, sont des logiciels américains incompatibles avec la législation européenne concernant le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données). En effet, en plus d’alimenter le marché des données (personnelles et autres), leurs éditeurs utilisent ces données et en fournissent certaines à d’autres acteurs. Par exemple, l’application Zoom iOS (pour produits Apple) envoie les données de ses utilisateurs.trices à Facebook [2]. De plus, ces logiciels de visioconférence centralisent les informations de milliards d’utilisateurs.trices, ce qui en fait des cibles très intéressantes pour les cyber-criminels : plus de 500 000 comptes Zoom ont été vendus sur le dark web et les forums de hackers pour moins d’un sou chacun afin que ces hackers puissent les utiliser dans des farces et des activités malveillantes [3]. Enfin, on pourrait ajouter que ces grands éditeurs ne nourrissent pas l’économie locale, ne paient pas leurs impôts, et ont un mépris apparent des considérations éthiques.

À la lumière de ces informations et surtout en cohérence avec leurs valeurs, les Ami.es de la Terre ont choisi d’utiliser des logiciels libres de visioconférence qui sont donc plus respectueux de nos données et des vôtres lorsque vous participez à nos réunions et activités en ligne. Ce choix s’inscrit dans une ligne de conduite que nous suivons depuis quelque temps déjà, puisque nous optons pour des logiciels libres dans tous les aspects de notre travail. Les services basés sur des logiciels libres sont souvent distribués : tout le monde peut (moyennant les moyens et les compétences) les installer, les utiliser, et fournir ou consommer les services qui y sont liés. Certains logiciels sont en plus fédérés, c’est-à-dire qu’on peut communiquer avec des personnes qui sont inscrites sur un autre serveur. Un exemple de système fédéré que tout le monde connaît et utilise est l’e-mail : on peut avoir une adresse e-mail chez n’importe quel fournisseur, et échanger avec un correspondant qui est chez un autre fournisseur et utilise un autre logiciel.

Afin de faciliter votre transition, le groupe InformÉthique s’est diligemment penché sur les alternatives possibles pour vous proposer le tableau récapitulatif suivant.

Vous pouvez retrouver ces services de communication sur les liens suivants :

  • Jitsi Meet
  • BigBlueButton a été pensé pour les cours en ligne et permet aux enseignant.e.s d’interagir avec les élèves de différentes manières : possibilité "d’écrire au tableau", de créer des sous-groupes, des sondages, de partager des notes collectives, d’enregistrer les leçons, d’utiliser un “pointeur laser”, etc.
  • Jami peut faire sonner le PC de sa/son correspondant.e s’il/elle est connecté.e.
  • Element est une application et un logiciel de messagerie privée. Petite particularité ; c’est un client de Matrix, et fait donc partie, contrairement aux autres services mentionnés, d’un réseau fédéré. Petit schéma explicatif ci-dessus !
  • Signal est une application de messagerie privée.
  • Mumble est une application et un logiciel d’appels et de chat.
  • BRIAR permet de poster dans des discussions privées, sur des forums et même de tenir un blog.
  • Silence est une application de SMS/MMS cryptée et confidentielle destinée à remplacer celle par défaut sur votre téléphone.

Pour plus d’infos

  • Vous pouvez consulter le site Dégooglisons Internet ou AlternativeTo, qui suggèrent des alternatives libres et open source aux logiciels propriétaires bien trop connus.
  • Vous pouvez également retrouver encore d’autres solutions libres pour faire de la vidéoconférence sur le site de LinuxFr.
  • Des ateliers pratiques sont organisés par les Amis de la Terre et le groupe InformÉthique. Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle pour être tenu.es informé.es des prochaines dates.
  • Vous pouvez contacter pauline chez amisdelaterre.be.