, par Jean-Philippe Body

Chronologie à titre d’info (à modifier)

1957
les six pays fondateurs de l’Union européenne signent le traité Euratom
1961
janvier : fin de la grève. Début du régionalisme wallon et du fédéralisme.
création du WWF par les Britanniques Julian Huxley,
1962
Rachel Carson Silent spring ? Le printemps silencieux
1963
Création de l’Association pour la Protection contre les Radiations ionisantes suite à la publication de l’AR sur le règlement général de la protection de la population et des travailleurs contre le danger des radiations ionisantes ? Prof. Halter, président-fondateur
Février : AR nucléaire
1964
Jean Dorst Avant que nature meure
1965

1966
WWF Belgique
Barry Commoner, Science and Survival (traduit en 1969 par Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?)
1967
18 mars 1967 : le naufrage du pétrolier Torrey Canyon déverse 100.000 tonnes de pétrole sur les côtes bretonnes
1968
mai
1969
création de l’Atelier de Recherches et d’Action urbaine suite au projet Manhattan dans le quartier nord de Bruxelles.
Création de FOE
1970
juillet : Amis de la Terre France créé par Alain Hervé et ???
En France, c’est le navigateur, écrivain et journaliste Alain Hervé (fondateur de la revue Le Sauvage), qui en a pris l’initiative, soutenu par un comité de Parrainage comprenant Jean Dorst
(naturaliste, ancien directeur du Museum d’histoire naturelle), Pierre Fournier (romancier sous le nom de Pierre Gascar), l’ethnologue Claude Lévi-Strauss, le biologiste Konrad Lorenz, l’ethnologue Théodore Monod (toujours adhérent des Amis de la Terre aujourd’hui !) et le biologiste Jean Rostand.
1971
Greenpeace int.
Paul Lannoye élu à la présidence de la section namuroise du RW mais exclu en ?
1971 est la date à laquelle Paul Lannoye, un des vétérans de l’écologie politique, quitte le Rassemblement Wallon, un parti politique régional, suite à des dissensions internes au sein du parti relativement à la contestation puis à l’annulation de son élection à la présidence de la fédération namuroise du parti. Paul Lannoye fondera véritablement un nouveau mouvement social à action politique, Démocratie nouvelle, en 1973, date de l’adoption des statuts du mouvement

création de Friends of the Earth par la fédération de F, S, GB et USA lutte antinucléaire et chasse à la baleine, siège à London. Fondateurs : David Brower (USA),
London : première manif antinucléaire au monde
Pâques : manif des FOE à London à l’ambassade française contre la centrale de Fessenheim
création d’Inter-Environnement, Michel Didesheim, président-fondateur ; René Schoonbrodt leader bruxellois
mars : cent mille agriculteurs manifestent à Bruxelles contre la politique agricole commune
11 mai 1971 : Message de Menton signé par 2.200 hommes de sciences dont quatre Nobel et remis au Secrétaire général des Nations Unies U Thant à New York (texte dans ND 2)
juillet : premier numéro du Courrier de la Baleine des ATFr
1972

La Gueule ouverte
rapport Meadows (commandé au MIT par le Club de Rome fondé en 1968), The limit to Growth (traduit en français par Halte à la Croissance 1974 ? )
FOE accrédité auprès de l’ONU
22 avril : protestation d’étudiants nord-américains contre la destruction de l’environnement, premier jour de la Terre.
Juin : Le Nouvel Observateur publie un dossier La dernière chance de la Terre où les coordonnées d’ATfr et Survivre & vivre sont mentionnées
1er-6 juin : « Nous n’avons qu’une terre » 1ère conférence NU environnement à Stockholm, Maurice Strong, secrétaire général de la conférence. Participation de FOE. Conséquence : création du PNUE (M. Strong, directeur)
novembre : Jean Liénard de Mons s’affilie à ATFr ; Pierre Fournier, auteur de chroniques écologistes dans Charlie-Hebdo, crée la Gueule ouverte
1973
première crise pétrolière liée à la guerre du Kippour
Dimanche sans voitures

Janvier : colloque international sur l’énergie nucléaire à l’institut Montefiore
Février : publication du manifeste de Démocratie nouvelle, scission de la fédération namuroise du Rassemblement wallon emmenée par Paul Lannoye (démis de la présidence en 1972), le sénateur Pierre Waucquez, Edmond Arets, Paul Crispels, Jean-Gaston Humblet et Jean Loodts (mémo p. 68)
1er avril : le Nouvel Observateur publie le premier numéro du mensuel Le Sauvage (jusque 1981). Titre : 1973, l’utopie ou la mort
12 septembre ? putsch de Pinochet
L’écologie politique vit ses premiers balbutiements et nos regards sont surtout tournés vers la France. Création de revues écologisantes par des héritiers de mai 68 (la gueule ouverte, le sauvage), naissance de la section française des amis De la terre et, surtout, candidature de René Dumont aux élections présidentielles de 1974.
Démocratie Nouvelle », en février 1973 ?? publie un manifeste dont les filiations avec l’écologie politique sont évidentes (au rang des principes fondamentaux : le fédéralisme intégral, l’autogestion et le contrôle de la base). Il s’agit du premier groupe de tendance écologiste à faire preuve d’ambitions électorales8 puisqu’il se présente aux élections législatives de 1974.

1974
Entrée en service de Doel I
DN se présente aux élections ?
Inter-Environnement se scinde en IEW, IEB, Brusselse Raad voor het Leefmilieu et Bond Beter Leefmilieu dont tous les secrétariats permanents sont groupés au 25 rue d’Arlon à Bruxelles.
avril : révolution des œillets au Portugal
mai 1974 : n° 00 du mensuel Démocratie nouvelle (rue Haute-Marcelle, 43 à Namur) soutient le candidat fédéraliste aux présidentielles françaises de mai mais « Souligne par ailleurs la pertinence des thèses défendues par l’écologiste René Dumont dans son combat courageux pour la survie de l’humanité ; »
4 mai 1974 : AG de Démocratie nouvelle à Namur mise en place de groupes de travail : autogestion, énergie, propriété foncière (J Toint), distribution.
juin 1974 : n° 0 du mensuel Démocratie nouvelle : Manifeste (idéaliste, démocratique, fédéraliste, wallon, progressiste) pas de référence au combat écologiste mais un compte rendu du livre La nature et l’argent article unique de la rubrique Ecologie et un article « Spéculation et défense des sites » s’opposant à un projet de lotissement à Sart-Bernard
17-18 août : rassemblement au Larzac contre l’extension du camp militaire
septembre 1974 : Démocratie nouvelle n°1 : Tihange Indépendance énergétique ou pollution nucléaire de Paul Lannoye, Barvaux sur Ourthe Saccage des sites et spéculation foncière de A Jouniaux ; Le Larzac sous la botte ?
14 septembre : AG de Démocratie nouvelle : la question chilienne, notre journal, le problème de l’énergie nucléaire (texte dans ND 2)
23 octobre 1974 : conférence de presse de ND où Lannoye présente le dossier « L’industrie nucléaire en question » (texte dans ND 2) ; La revue de la presse du Journal parlé de la RTB en fait part
novembre : après plusieurs semaines de recherche, Jean Liénard trouve la publication de Lannoye et le contacte ; N&P au Palais des Congrès de Paris, présence de Paul Lannoyer et son épouse pour vendre le dossier nucléaire.
15 décembre : rencontre ND et René Dumont à Paris

revues françaises comme la Gueule ouverte (le journal qui annonce la fin du monde) ou le Sauvage.
Pour la Belgique, seul existe un petit journal à la diffusion quasi confidentielle : Démocratie nouvelle, organe d’une dissidence du Rassemblement Wallon autour de Pierre Waucquez et Paul Lannoye. C’est dans cette publication que l’on trouve les premiers articles contre le nucléaire, pour l’agriculture biologique, etc. Démocratie nouvelle connaîtra 22 numéros de 1974 à 1976. Les derniers numéros soutiennent la liste Combat pour l’ecologie et l’autogestion lors des élections communales namuroises et annoncent la création des amis De la terre – Belgique.
1975
Entrée en service de Doel II et Tihange I
IE se prononce contre le nucléaire (par l’intermédiaire de François Roelants ?) et perd le soutien de Tractebel et autres sociétés (mémo p. 64)
11-18 janvier : seconde session du tribunal Russell à Bruxelles (première session à Roma l’année précédente)
8 février : débat à Braine-le-Comte avec Paul Lannoye
25 février : conférence débat sur l’industrie nucléaire à Andenne par Trussart, Lannoye et Michel Cattier, microbiologiste
13 mars 1975 : IEW se constitue en asbl
mars 1975 : ND 7 citation de Julos : Nous devons apprendre à nous exprimer autrement qu’avec un poignard, un fusil ou un avion de combat.
Avril 1975 : numéro 8 bis de ND Spécial Houille par Trussart
Mai : débat à Mons avec Paul Lannoye
10 mai : manif automobile de Alle à Vonèche contre tous les barrages
mai : l’émission "Marie Clap’Sabots" sur la RTB, remplace l’émission "Wallodrome". Plus musicale, elle parcourt la Wallonie à la recherche du folklore vivant, de la fête populaire. En 1977, elle a 4 heures d’antenne, signe d’un succès reconnu pour le festival du Temps des Cerises que la RTB organise à partir de 1976. L’émission se termine en octobre 1982.
19 juin : conférence de presse à Bruxelles annonçant la création d’un Front commun anti-nucléaire avec Maurice André pour Survie Belgique, Walter Besseleer pour le Verenigde Aktiegroepen voor kernstop, Michèle Beaujean pour l’APRI, Lannoye et Trussart pour DN (voir DN 11)
Les Amis de la Terre – Belgique
Au cours de l’été 1975, Paul Lannoye et Jean Liénard se demandent s’il ne faudrait pas créer une section des Amis de la Terre en Belgique.
15 juillet : Intercom demande l’autorisation de construire une deuxième centrale nucléaire à Tihange
juillet : première session de l’Académie d’Eté de Neufchâteau. Festival de Champs ?
Le 13 septembre 1975, une manifestation était organisée à Andenne par le FAAN (Front des actions anti-nucléaires, animé notamment par Suzanne Moons, Paul Lannoye, Roland Libois et Georges Trussart) contre l’implantation d’une centrale nucléaire prévue près de la localité. C’était la première manifestation en Belgique sur ce sujet
Ces personnes étaient unies par une même sensibilité fort influencée par les écrits d’une série d’auteurs très critiques ,voire contestataires, de l’époque, entre autres : Rachel L. Carson (Le printemps silencieux), Ivan Illich ( La convivialité, Némésis médicale), André Gorz, pseudonyme Michel Bosquet (Réforme et révolution, Ecologie et politique), François De Closets (Le bonheur en plus),Edgar Morin(Le Paradigme perdu : la nature humaine), Bertrand de Jouvenel (Arcadie), Michel Albert (Les vaches maigres), Joêl De Rosnay (Le macroscope), E.F. Schumacher (Small is beautiful), Gûnther Schwab (Les centrales atomiques du diable), James Thurber (La dernière fleur), etc.etc.
Aussi par la lecture de périodiques comme "Le Sauvage" ou la "Gueule ouverte"
Été/automne : Jean Liénard rencontre Pierre Samuel à Paris via Brice Lalonde.
27 septembre : exécution de cinq militants antifascistes dans l’Espagne de Franco
octobre : DN 13 : Où en est le mouvement écologique ? par Paul Lannoye
27 octobre : débats DN avec proposition pour la transition pour une société nouvelle à Ixelles, 30 octobre à Namur, 7 novembre à Liège
21-23novembre : expo Journées de Survie au centre Rogier (ancienne Tour Martini sur la place Rogier) à Bruxelles organisée par André Missal, grossiste en produits naturels : venue de Pierre Samuel
novembre : DN 14 : Démocratie nouvelle : un plan d’actions politiques immédiates par Paul Lannoye : point E Politique écologique et visant à un mieux-être
dimanche 14 décembre après-midi : réunion d’« environ 25 personnes à Namur pour susciter la naissance des Amis de la Terre » (lettre du 16 décembre 1975 de Jean Liénard à Pierre Samuel) dans une salle du premier étage d’un café rue de Marchovelette
lundi 15 décembre au soir : conférence-débat « Pour ou contre les centrales nucléaires » organisé à Mons par les étudiants en sciences économiques avec Paul Lannoye comme orateur (Robert Van den Damme d’Intercom s’est désisté le vendredi précédent)
1976
5 janvier : Edwin Spencer Matthews (co-fondateur d’ATF) écrit à Jean Liénard (copie à Paul Lannoye et Pierre Samuel) pour lui dire son intérêt à la création d’un groupe des Amis de la Terre en Belgique suite aux conversations entre Samuel, Liénard et Lannoye.
18 janvier : deuxième réunion noyau AT à la place d’Armes de Namur
février : réunion AT à Huy réussie et réunion noyau AT à Namur, la semaine suivante, rue Marchovette ; création des Amis de la Terre
8 février (ou 6 mars ? statuts ?) : création de Nature & Progrès Belgique à Opheylissem en présence de représentants français pour promouvoir l’agriculture biologique. Président : Vincent Gobbe, ingénieur agronome de Opheylissem ; André Desterke secrétaire communique dans DN 17 (rien sur ATB ?)
février 1976 : DN 16 Communiqué par les Amis de la Terre (France ?)
mars 1976 : DN 17 Sitting Bull, 1875 !
Paul Lannoye (astrophysicien) et Georges Trussart (fonctionnaire des Finances) prirent alors l’initiative de fonder, le 12 mars 1976, l’asbl "Les Amis de la Terre-Belgique", section belge de l’association "Friends of the Earth International" créée quelques années plus tôt aux Etats-Unis, avec le soutien/parrainage des "Amis de la Terre-France". Dans le 1er conseil d’administration, il y avait notamment Roland Libois, étudiant en zoologie et Georges Trussart.
L’association les AT-Belgique était très proche de "Nature et Progrès – Belgique – ASBL’’ dont de nombreux membres étaient aussi membres des AT. Les AT étaient également liés au "PAN" (Pesticides Action Network).
Mai : création officielle d’ATB ?
6 juin : dimanche de Pentecôte manifestation à La Hague
juin : premier festival Temps des Cerises à l’abbaye de Floreffe du 5 au 7 juin, organisé par la RTB Namur stand des AT au Temps de Cerises à Floreffe en face du stand d’Amnesty. Le deuxième festival se tient en 1977. Le troisième et dernier Temps des Cerises, avec 50.000 visiteurs, a lieu en 1979.
Juin : DN 20 annonce la fin de la revue ; Une liste écologique et autogestionnaire aux élections du 10 octobre par Paul Lannoye (Combat pour l’Ecologie et l’Autogestion, programme dans DN20) en concertation avec le Mouvement chrétien pour la Paix et le Comité namurois pour la liberté d’expression.
10 juillet : SEVESO en Italie, manif fin juillet 1976
31 août : conférence de presse des Amis de la Terre sur le nucléaire (Paul Lannoye) et les énergies renouvelables (Daniel Comblin)
Septembre : DN 21 : Pourquoi un combat pour l’écologie à Namur ? par Lannoye ; Les Amis de la Terre contre Tihange (secrétaire : R. Polis à Ampsin)
10 octobre 1976 (DN 20) : élections communales : des membres de Démocratie nouvelle sont à l’initiative de la liste « Combat pour l’écologie et l’autogestion » qui se présente à Namur. Elle obtient 1,6 % des suffrages et aucun élu, mais c’est la première fois en Belgique que le terme « écologie » apparaît dans la dénomination d’une liste électorale9.
Octobre : DN22 : Les Amis de la Terre contre le nucléaire par Lannoye. Dernier numéro du mensuel de Démocratie nouvelle
Fin 1976 : manifeste AT en discussion
1977
janvier 1977 : charte d’ATB
6 février : Manifeste d’AT, charte du mouvement, approuvé lors de l’AG extraordinaire
Février : DN (« en liquidation » ?) propose aux ATB de se réunir dans leur local namurois.
mars 1977 : premier numéro (n°00) de La Feuille de chou biologique (sa parution devient mensuelle à partir de septembre). création de la locale liégeoise (Henri Hoffait, Théo Bruyère)
26 mars 1977 : manif contre le nucléaire à Huy
17 avril : élections législatives : Wallonie Ecologie, Ecolog (Luc De Brabandere, tête de liste) à Bruxelles. Cette participation va mener à des tensions.
29 avril-1er mai : rencontre écologiste anti-nucléaire internationale à Salzburg
mi-mai : création d’un groupe Technologies douces animé par Daniel Comblin.
Début Juin ? : le ministre Alfred Califice accorde le permis de bâtir pour Tihange III. Les AT réagissent par communiqué le 3 juin.
24, 25 et 26 juin : 2e Temps des Cerises à Floreffe
Été : Luc De Brabandere, accompagné de Poupée Borreman et Roland Machtens, Nils Koch ??? se rendent à San Francisco où ils rencontrent David Brower, fondateur de FOE, sans en référer au mouvement belge francophone
juillet : premier festival Brosella folk ;
18 juillet : publication du Manifeste des ATB (35 FB) et un dossier sur l’autogestion communale (20 FB)
29-31 juillet ? manif Malville (France) contre le projet de surgénérateur nucléaire
27 août : manifestation cycliste entre Stavelot, Malmedy et Spa contre les aménagements du tourisme industriel en Wallonie (organisé par AT Verviers)
WE du 26-28 août : près de Köln à Bergisch-Gladbach fondation de l’internationale écologiste dans le but des élections européennes de mai 1978 (compte-rendu de Jean Liénard dans FCB 2). Six ATB participent.
septembre : Polis secrétaire ; Libois, président ; Trussart trésorier
17 septembre : AG à l’univ de Liège. Trois nouveaux groupes de travail sont mis sur pied : Problèmes éthiques (Kristine Yernaux et Bertrand Bertrand) ; Agriculture biologique (Georges Five) et Défense civile non-violente (Raymond Yans).
24 septembre : manifestation contre le surgénérateur à Kalkar (Allemagne) (les AT Liège organisent un trajet en car)
octobre : IEW adopte sa charte
1er octobre : manifestation à Doel contre l’extension du parc nucléaire
19 octobre : conférence de René Dumont « Ecologie et tiers-monde » à la maison de la culture de Huy
23 octobre : rassemblement à 13h30 devant les tribunes du circuit de Francorchamps contre le tourisme industriel et les villages de vacances
25-27 novembre : 7e congrès mondial des AT à l’ULB à Bruxelles, « réunion organisée à l’initiative des Amis de la Terre – Belgique par la régionale bruxelloise » présidence de Luc De Brabandere pour la Belgique (initiative en solo), Tom Burke (GB), Vincent Richet (F) et Amory Lovins (USA). Venue de Brice Lalonde, Amory Lovins et David Mathews envoyé par David Brower. Résolution sur l’énergie.
18 décembre : AG à Namur au Centre d’Action sociale (22, av Reine Astrid). Ordre du jour : campagne antigaspillage et économies d’énergie ; pub dans La feuille de chou ? ; élection du CA

1978
Samedi 7 janvier : manif cycliste ATB et GRACQ lors du salon de l’auto
19 février 1978 : colloque des AT-Namur " L’homme et l’animal" (chasse, sauvegarde des espèces, vivisection et élevage industriel) à la maison de la culture de Namur avec notamment Libois, secrétaire d’ATB
mardi gras : manifestation pour la liberté d’expression et la possibilité de jouer de la musique dans les rues et le metro, d’exposer des affiches et diffuser des publications par une dizaine de militants bruxellois des AT costumés à la gare centrale.
16 mars : Amoco Cadiz sur les côtes bretonnes. Un train est organisé au départ de Bruxelles mais les militants n’étaient pas attendus sur place.
17 mai : création de Taxistop par Guy Basyn ?
mai 1978 : manifestation du CNAPD "Désarmer pour survivre" à Bruxelles
août 1978 : Couvin contre la construction d’un barrage pour le nucléaire
17 septembre 1978 : élections législatives : Wallonie Ecologie ; à Bruxelles liste Ecopol (Luc De Brabandere, tête de liste) et Ecolog
octobre 1978 : organisation d’un référendum à Andenne et Ohey concernant l’implantation de centrales nucléaires
8 octobre : scission du Réseau libre consommée à l’AG de Tihange, exclusion de membres qui n’ont pas payé leur cotisation (actif non cotisant, cotisant inactifs ?)
octobre : numéro 1 du Bulletin de liaison du Réseau libre des Amis de la Terre
octobre 1978 : manifestation "Voyage au centre de l’Ardenne " pour une forêt et une agriculture plus écologiques
Les résultats encourageants des listes Wallonie-ecologie en 1978 (nous sommes à la fin d’une période de grande instabilité politique liée - déjà - à des problèmes communautaires) vont amener à la structuration du mouvement en élection au suffrage universel du parlement européen. Occasion unique de se présenter à l’ensemble des électeurs francophones et germanophones. De leur côté, les membres du réseau libre participeront à une éphémère liste e-non, portée par le journal de gauche radicale pour et l’organisation pour le socialisme.
Décembre 1978 ?, des membres d’ATB se présentent sur la liste « Wallonie-Écologie ».
1979
création de Greenpeace Belgique
Alain Touraine rédige La prophétie anti-nucléaire, publié en 1980
février 1979 : plate-forme politique de Ecolog ?
29 mars : Three Miles Island
23 juin : Journée du Soleil coorganisée par ATB, N&P, IE/BBL, Centre Galilée, IEW sous le patronage du Bureau européen de l’Environnement
29, 30 juin et 1er juillet : 3e et dernier Temps des Cerises
décembre : premiers CST aux AT ? mémo p. 73
Deuxième choc pétrolier
Les 5% obtenus par la liste Europe-Ecologie aux élections européennes de 1979 et conduite par Paul Lannoye, constituèrent un formidable stimulant et amenèrent à sortir de l’ambiguïté que constituait la coexistence, au sein des Amis de la Terre, de partisans de la participation électorale et de tenants de l’action de terrain et de l’éducation permanente. Le système consistant à préparer les listes et les programmes dans la « Commission électorale » des amis De la terre avait atteint ses limites ; la décision fut donc prise de créer, à partir de cette commission mais en dehors desAmis De la terre, avec ceux qui le voulaient, une structure politique permanente (le mot « parti » sentait encore le soufre…) qu’on appellerait mouvement ecolo.
la liste « Europe-Écologie » (sans concurrents écologistes) obtient 5,1 % des suffrages aux élections européennes (Compte 13 ATB). Ce sont d’excellents résultats puisqu’ils font des écologistes le cinquième courant politique en Belgique francophone. Par ailleurs, la liste obtient un meilleur résultat que les listes similaires en Flandre, en France ou en Allemagne. Ce succès est sans doute à l’origine de la mise sur pied dans les mois qui suivront d’une structure politique permanente.
La Feuille de chou biologique devient L’Ecologiste pour se distancer des écolos pots de fleur

1980
Il faudra deux assemblées aux fondateurs d’ecolo pour adopter les premiers statuts (en mars 1980, le 8 à Opheylissem et le 29 à Huy). le parti Ecolo naîtra suite aux assemblées constitutives des 8 et 23 mars 1980. Ecologistes Confédérés pour l’Organisation de Luttes Originales
A la fin de la seconde assemblée, les participants viendront solennellement apposer leur signature sur ce premier texte des statuts (qui ont été revus plus de 30 fois depuis !).
L’Ecologiste accompagnera la naissance d’ecolo en 1980 et son entrée au Parlement en 1981. Il deviendra indépendant des amis De la terre et se transformera en Champ libre – magazine de l’écologie en avril 1984. Hélas, champ libre échouera au test de la diffusion en librairie et disparaîtra, exsangue, fin 85.

1981
Ecolo au Parlement (2 députés et 4 sénateurs) avec nos amis flamands d’agalev (2 députés et 1 sénatrice).
1982
Réseau libre au 25, rue du Prince royal à Ixelles dans une maison appartenant à Luc De Brabandere
1984
L’asbl Les Amis de la Terre Belgique (sous la présidence de Jean-Philippe Body) est reconnue comme mouvement d’éducation permanente. Elle est dorénavant subsidiée. Cette démarche avait été conseillée par Trussart et Lannoye et introduite par Body afin d’assurer la pérennité de l’association après l’« hémorragie » consécutive à la création d’Ecolo.
Création de la Maison de l’écologie à Namur ?
Fondation du parti écologiste en France
1991
recommandation 60 de la CIPR, base de la directive européenne 96/29/Euratom
2002
La Finlande décide de construire une cinquième centrale nucléaire
2004
fondation du Grappe par une dissidence d’Ecolo emmenée par Paul Lannoye