, par Maxime Calay

Monsieur Offergeld, habitant montagne de Bueren, nous confie sa réaction datée du 08/09 [1] envoyée aux riverains impliqués dans la problématique des coteaux et des projets vignobles soutenus par la Ville de Liège. Nous l’en remercions et espérons que d’autres réactions suivront [2].

Bonjour à tous,

j’aimerais réagir en mon nom, en tant que citoyen de Liège, au sujet des
différents projets de vignobles et de la pétition version papier pour la
sauvegarde des coteaux de la Citadelle, car en effet nous devons
communiquer sur la problématique du vignoble dans les Coteaux,
pour ne pas que la situation nous échappe et pour aller vers une bonne
solution.
Les convictions, les imprécisions et/ou les erreurs d’appréciation
n’engagent que moi et pas le comité de quartier Bueren/Péri.

D’abord je dois dire toute ma sympathie au projet Vin de Liège dans son
ensemble, j’ai lu des informations détaillées sur le site internet de Vin
de Liège, et j’y souscris pleinement.

Et pourtant, jusqu’ici je n’ai vu aucune contradiction à faire signer la
pétition version papier, celle qui nous a été proposée suite à la réunion
du 26/08 au Moderne et qui demande aux élus de la Ville d’abandonner tout
projet de vignobles sur les coteaux de la Citadelle en vue de maintenir
les richesses naturelles.... (vous la connaissez sans doute).

Pourquoi cette apparente contradiction qui pour moi n’en est pas une :

Les 90 Ha (ou 120 selon certains) du site des coteaux sont au plan de
secteur de la Région Wallonne : en Espace Vert : (...parcs, espaces
arborés non destinés à l’exploitation et qui remplissent un rôle
urbanistique et social...)

Le projet de vignobles qui est susceptible de s’imposer sur les coteaux
est celui annoncé par M. Firket [3], appuyé par
le Collège et le bourgmestre et impliquant la firme Vranken-Pommery : cela
a encore été démontré tout récemment au Conseil communal public du 05/09,
j’étais dans le public.)

Suite à l’interpellation à ce conseil communal de Mme. Ernst (conseillère
écolo), M. Firket (échevin de l’environnement) a défendu le projet en le qualifiant de "cadeau du ciel
pour Liège", et en en parlant comme suit :

- la surface initiale de 7 à 8 Ha de vignobles dans les coteaux, sera
probablement ramenée à 3 ou 4 Ha ;

- le dossier doit évoluer ; un permis d’urbanisme concernera les surfaces
visées.

- ce sera une formalité simple d’obtenir une modification du Plan de
Secteur allant de l’Espace Vert vers une Zone Agricole.

- le projet Vranken (la société qui a les moyens de financer le projet et
la volonté d’avoir une vitrine dans les coteaux) devrait s’étendre sur 120
Ha dans le bassin mosan

- M. Firket de citer l’appellation Crémant pour l’ensemble, sans plus de
précision.

- Pour ce qui concerne le terrain en pente des Filles de la Croix, juste
au dessus des impasses de Hors-Château, l’équipe de spécialistes et de
scientifiques au service du projet a l’expérience nécessaire pour éviter
l’érosion.

- le projet concerne aussi la plaine dite de la Ferme Fabry (terrain
appartenant à la Ville)

- Il faut prévoir des zones tampons pour les riverains

- A ce jour (05/09) aucune vente de terrain n’est réalisée

- Un projet de coopération entre Vranken et Vin de Liège est en cours,
dixit M. Firket

- Question relative aux insecticides, fongicides et engrais chimiques : M.
Firket de mentionner l’option par le groupe scientifique de "l’agriculture
raisonnée et durable"

- le bourgmestre M. Demeyer de préciser que le Collège a donné son feu
vert au projet, mais que les territoires ne sont pas encore arrêtés et que
le projet est en phase préparatoire.

BON, ça c’est une chose, c’est la voix officielle celle qui donne les
autorisations...

Personnellement, je participe à l’opposition à ce type de projet-là :

- si on modifie le Plan de Secteur vers une zone agricole, c’est la porte
ouverte à des exploitations diverses et variées à l’avenir.
- d’ailleurs les Filles de la Croix ne sont pad dupes, il parait que le
prix au M2 de leur verger mourant est faramineux. Tiens tiens pourquoi
donc ?

- Une zone verte comme celle des coteaux est riche de biodiversité (rare
au centre ville), c’est un poumon pour la ville et surtout cela doit
rester une zone accessible au public qui s’y promène et s’y ressource. De
nombreuses personnes que j’ai rencontrées Place du Nord, juste en dessous,
ne sont pas prêtes à céder leur seul Espace Vert...

- l’appellation "agriculture raisonnée et durable" ne veut strictement
rien dire : ou plutôt elle veut tout dire et son contraire aussi.

- même en admettant que cela parte de l’intention de limiter les
traitements du sol et sur la vigne, de ne pulvériser que raisonnablement,
il se pourrait, dans un concept aussi vague, qu’il soit tout aussi
raisonnable d’augmenter un peu les traitements les années humides propices
aux champignons...

- aucune garantie réelle quant à l’érosion : si vous vous y promenez vous
pouvez constater les coulées de boues à plusieurs endroits, un muret est
emporté par-ci, les nouvelles barrières encadrant le nouveau sentier
public sont emportées par-là. (Sous le point de vue où la taque métallique
représente la Meuse et l’Ourthe).

- quelle réponse donnée aux enfants dans les cours de récré en contre bas,
les jours des pulvérisations limitées ??

- Où est la place dans ce projet accordée à l’asbl Vin De Liège qui ferait
sans aucun doute les choses avec une meilleure considération pour
l’Environnement, le public, les gens...puisque c’est une de ses finalités
 ?

Personnellement, je suis d’avantage favorable au projet suivant :

- Je suis conscient que réimplanter des vignes en région liégeoises est
probablement une bonne idée. On me rétorque invariablement que dans les
siècles passés il y avait des vignes partout, même en ville. Ok mais les
choses ont évolué : SI les vignobles d’alors donnaient du bon vin, en tout
cas il n’y avait ni pulvérisations chimiques (à moins que, a-t-on des infos
là-dessus ?), ni engrais chimiques, ni mécanisation bruyante et polluante.
Si on veut se référer aux coteaux historiques, il faut alors en accepter
les conditions...

- Si les zones agricoles avoisinant Liège ne sont pas suffisantes (faut-il
vraiment du colza pour les bagnoles et du maïs pour faire grossir steaks et
côtelettes ?) et que tout le monde pense qu’un petit vignoble au centre
ville est une bonne chose pour différentes raisons (lien social, économie,
tourisme...) alors :
- je pense qu’il ne faut pas importer les erreurs de la campagne à la
ville : car le bruit et la pollution de l’air, on connait bien à Liège,
ville la plus polluée de Belgique.
- le vignoble dans les coteaux de la Citadelle serait peut-être adéquat
s’il n’occasionnait pas de déboisement de l’Espace Vert concerné, à part
les vieux fruitiers mourants sur le trrain en pente des Filles de la
Croix.

- S’il se limite donc à cette zone de prairie qui couvre environ 1 Ha ou
1,5 Ha.

- S’il n’occasionne en aucun cas de l’érosion et s’il est l’occasion de
lutter contre l’érosion actuelle dans la zone.

- S’il se fait entièrement en agriculture biologique (peu importe le label
(on s’en fout, ce qui compte c’est la volonté de le faire) du moment qu’en
organisme indépendant assure le contrôle régulier) et sans mécanisation
lourde : donc engrais naturel, purins d’ortie, de prêle, de consoude...,
usage des chevaux de traits, d’ânes ou de mulets (comme à la montagne pour
amener les vivres aux refuges) et sans doute comme dans le Liège historique
avec en plus les avancées en matières d’agriculture biologique.

- S’il n’occasionne pas de voies d’accès larges vers le site pour des
engins agricoles inadaptés en ville.
- Et qu’il soit géré dans l’optique socio-économique telle que proposée
par Vin De Liège.

- Si un cahier des charges incontournable est établi avec participation
des comités de quartiers

- Si on a vraiment les garanties légales que si le projet foire, les
terrains ne soient pas repris par une société commerciale ou agricole qui
imposerait ses règles de culture et rentabilité.

- Si le lieu consacré au vignoble bénéficie toujours de la protection
légale Espace Vert, avec cette possibilité d’y implanter un vignoble
expérimental et biologique.

- La coopérative cherchant la rentabilité ailleurs dans les zones
agricoles adaptées à son "agriculture soucieuse de l’environnement,
limitant les traitements, mais non biologique", comme spécifié sur le site
de Vin De Liège : le vignoble des coteaux de la Citadelle, bien que
productif, ne serait que le symbole, la vitrine, l’étiquette permettant
appellation et meilleure commercialisation.

- Si la zone de prairie sauvage (Ferme Fabry), arborée de haies, arbres
remarquables et récemment réimplantée de fruitiers, qui est un site de
détente pour tous et une zone de pâturage depuis longtemps pour le berger
Rosario, est laissée en l’état et soumise à protection.

Voir le site de photo de Françoise :

Autres informations :

En résumé :

Ceci n’engage que moi, je ne sais pas si mes amis du comité de quartier
Péri/Bueren y adhèrent. Mais je sais qu’ils sont favorables à la discussion avec Vin De Liège. Moi
je pousse à cette rencontre et suis désolé si Vin de Liège n’a pas été
convié à la réunion du 26/08 qui semblait devoir être réservée dans un 1er
temps aux riverains...

Mais Vin de Liège confirme-t-il sa coopération en cours avec Vranken [4] ?

Si oui quel pouvoir Vin De Liège a-t-il par rapport à l’emplacement
éventuel dans les coteaux ?

Et quelle est l’intention précise de Vin De Liège par rapport à une
exploitation dans les coteaux de la Citadelle [5] ?

Quel est son avis sur l’idée d’une exploitation en agriculture biologique
au centre ville ? sachant que Vin De Liège privilégie les vignes
résistantes aux maladies... ?

Je pense qu’il y a moyen de trouver un terrain d’entente, j’espère qu’une réunion se tiendra prochainement entre nous, mais nous avons besoin de transparence.

Clin d’oeil : j’ai la chance d’avoir un pied de vigne dans mon jardin :
raisin excellent chaque année, aucun traitement, aucune maladie !

Bien à vous,

Pierre-Charles Offergeld

Notes

[1Par conséquent basée sur les éléments dont il disposait à ce moment précis

[2Nous publions cette réaction avec son accord et telle quelle

[3Echevin de l’Environnement appuyant le projet Vranken à la Ville, voir l’historique des projets vignobles

[4Note de l’auteur : Le courrier récent des Amis de la Terre (26/09) confirme qu’il n’y a pas de
collaboration naissante entre Vin de Liège et la société Vranken-Pommery.
C’est une heureuse nouvelle et donc un démenti des propos tenus par
l’échevin de l’Environnement de Liège au conseil communal du 05/09. Par contre, seul Vranken-Pommery serait capable de racheter à la Ville
l’église Saint-Gérard rue Hors-Chateau aux pieds des coteaux pour en faire
une vitrine viticole et touristique.