, par Maxime Calay

A travers la planète des millions de paysannes et paysans subissent la menace grandissante de l’expulsion générée par les logiques publiques et privées d’accaparement des terres. En Inde, en 2007, après la mobilisation Janadesh de 25 .000 marcheurs pendant un mois, EKTA PARISHAD avait obtenu du gouvernement un engagement en faveur d’une politique agraire plus équitable, concernant notamment le droit d’accès à une terre cultivable. Cette réforme n’est toujours pas mise en œuvre. Dès lors, le long périple de la marche Jan Satyagraha 2012, un an de marche pour la justice, a commencé ce 2 octobre 2011. Partout dans le monde des mouvements sociaux soutiennent, relaient ou mènent des actions semblables pour faire entendre la voix des « sans terre » et défendre la nécessaire souveraineté alimentaire pour tous.

A l’initiative du groupe EKTA Belgique, en septembre dernier, Rajagopal, leader du mouvement EKTA PARISHAD, était l’invité d’une grande conférence écologique organisée par ETOPIA. S’ensuivit la rencontre d’associations à Liège (Casa Nicaragua), Namur (Fucid et Amis de la terre) et Louvain-la-Neuve (Maison du développement durable) ainsi qu’un moment d’échanges au parlement wallon. De retour en Inde, Rajagopal a immédiatement débuté son long périple qui durera un an. Chaque jour, il va à la rencontre de communautés villageoises, pour écouter leurs difficultés et leurs revendications, pour encourager les groupes et les associations qui luttent déjà contre des situations d’injustice : accaparement de terres, extension d’entreprises et de compagnies minières dans l’ignorance des droits légitimes des dalits (intouchables) et des adivasis (populations indigènes). Ce périple à travers 350 districts du Sud au Nord de l’Inde, culminera avec la marche d’octobre
2012 : ils prévoient d’être près de 100.000 à marcher de Gwalior à Delhi (350 km) pour y interpeller une nouvelle fois les autorités fédérales.

Ici en Europe et dans le monde, nous nous mobilisons également. Certains d’entre nous s’apprêtent à marcher en Inde dans quelques mois aux cotés des Indiens. D’autres récoltent des moyens de financement pour les marcheurs et pour toute l’équipe qui assure la logistique et le dialogue permanent avec les autorités. Sur ce point, Rajagopal a adressé directement ses remerciements à ECOLO pour le soutien offert par le fédéral et la régionale BW !

Le forum de septembre à Genève a été source d’opportunités pour le débat sur les enjeux de l’accès à la terre face aux logiques d’accaparement qui traversent la planète, sur le développement de meilleures conditions d’existence pour les paysans et petits agriculteurs partout dans le monde. Ainsi, l’ONU par la voix d’Olivier De Schutter, le MST au Brésil pour ne citer qu’eux parmi 20 acteurs sociaux, ont mis en place un dialogue avec EKTA PARISHAD sur ces enjeux dramatiques. Comment agir ensemble !?

Il est vraiment impressionnant de mesurer combien la mobilisation est importante. En Inde, EKTA PARISHAD compte un million de sympathisants. Peut-être serons-nous un autre million en dehors de l’Inde à soutenir et à nous approprier les revendications et l’action politique du mouvement. EKTA est un mouvement de base, qui concerne d’abord les petits paysans ; progressivement la société civile le rejoint.

Ces dernières semaines, les collaborations et marques de soutien se sont multipliées. OXFAM-NOVIB contribue financièrement à des actions concrètes sur place, et interagit avec EKTA dans le cadre de l’opération GROW (cultivons !). Le soutien d’ONGs internationales se développe également sur l’axe « woman and land » ainsi que « sustainable agenda » (CHRISTIAN AID). AVAAZ mobilise en novembre pour une pétition mondiale à l’attention du premier ministre indien l‘interrogeant quant à l’agenda promis de la réforme « agriculture et terre ». AMNESTY agira pour identifier des cas de violation du droit d’accès à la terre.

Depuis la réunion de Paris du Groupe de coordination EKTA EUROPE, ce premier week-end de novembre, nous percevons davantage que « Jan Satyagraha 2012 en Inde » est en lien avec un « Global movement 2012 » mondial, une sorte de « convention pour les droits d’accès à la terre et à la souveraineté alimentaire ». Des liens existent maintenant avec le Brésil, la Colombie, le Sénégal, le Kenya, l’Indonésie, le Népal, le Bangladesh, et bien sûr différents pays d’Europe. Rappelons l’enjeu : des millions de petits producteurs et fermiers de subsistance, des communautés indigènes sont traités comme « squatters illégaux », poussés hors de leur terre de survie, et de ce fait subissent un refus d’accès aux ressources naturelles essentielles à la vie, à la subsistance de base.

L’Europe est active également. Ici en Belgique, cette détermination nous lie : des citoyens, des écoles, des associations (Oxfam, Greenpeace, Amis de la Terre, ECOLO, …), des parlementaires et élus, se sont rencontrés à Namur, Bruxelles, Liège et Louvain-la-Neuve en une première étape. Les tirelires de soutien se remplissent. A l’UCL, des membres de la communauté universitaire promeuvent une réflexion sur l‘attitude et le positionnement de la non violence ; c’était aussi un des thèmes du Forum « One people One Planet » en août dernier.

En Angleterre, des marches de solidarité se préparent autour de Londres et de Bristol. Des actions de collectes financières, des soirées conférences, de distribution de boites-tirelires sont en cours.

En France, autour de l’ONG « Solidarité », les associations Terre de Liens, Confédération paysanne, Oxfam France, Frère des hommes, Peuples solidaires, … se lient à la cause. Des marches s’organisent en mai prochain (porteur : Peuples Solidaires), en août (initiative de Alteréco) et Le Croisic-Paris en octobre. La plateforme s’est organisée en 3 périmètres : communication, mobilisation citoyenne, reliance politique. A l’impulsion du MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), la dimension déterminante de l’accès aux semences et le soutien des « peuples sans terre » en Europe (dont la France) seront également portées au débat politique.

En Suisse, une action « meals » est programmée : le samedi 14 septembre 2012, simultanément dans plusieurs villes à travers le monde, invitation à une soirée de rencontre, l’équivalent du prix du repas étant envoyé en soutien à EKTA PARISHAD. A l’occasion d’un prochain « World Woman Forum », des débats et démonstrations présenteront l’action EKTA PARISAHD. Des liens sont créés avec les autorités de la Ville de Genève en vue de bénéficier de soutiens opérationnels et financiers. Trois volontaires (service civil) vont partir prochainement pour l’Inde. Le tournage d’un film « AHIMSA » (non-violence) est programmé au printemps 2012 en suivi direct des petits paysans. Et aussi : expositions, soirées à thèmes, etc.

Enfin, EKTA Europe a entrepris d’assurer spécifiquement une coordination pour la campagne de lettres à envoyer aux autorités indiennes, de veiller à la préparation concrète et à l’adoption de l’« attitude non violente » des personnes qui voudront être présentes en Inde pour accompagner la marche ; les groupes « nationaux » seront les relais directs de cet engagement de non-violence. EKTA Europe coordonnera en outre, la relation avec les autorités parlementaires européennes, la visibilité de l‘impact tangible d’EKTA PARISHAD en Inde et des actions menées nationalement en Europe.

Pour conclure, rappelons l’intention qui sous-tend l’action de EKTA-Belgique et à laquelle nous vous convions. Elle s’exprime en trois points : (1) soutenir ici nos agriculteurs et maraichers qui développent une agriculture de proximité et saine, œuvrer pour le bien-être des producteurs artisans ; (2) développer la conscience d’être et agir en non-violence, dans les attitudes, le vécu quotidien et l’action politique ; (3) interagir et soutenir Ekta Parishad en Inde et les causes liées dans le monde. Ces réflexions et volontés sont partagées avec d’autres en Europe, tandis que le lien avec nos amis en Inde est régulier. En fin d’hiver, invitation est faite de se retrouver pour relier toutes nos idées, nos projets en vue de contribuer à Jan Satyagraha 2012. A bientôt !

Alain Dangoisse (Membre des Amis de la Terre-Belgique)
Ekta-Parishad Belgique : Maison du développement durable de Louvain-la-Neuve : Tél. 010/47.39.59