, par Maxime Calay

Suite aux sollicitations des autorités communales et policières à diverses reprises et restées sans réponse, une discussion avec l’échevin des Travaux à l’occasion du conseil communal aura peut-être permis de faire avancer les choses. Quelle fut ma surprise de constater ce midi en me rendant à la gare des Guillemins que les aménagements demandés avaient été effectués !

Deux poteaux ont en effet été placés sur le trottoir et le panneau "accès interdit à tout conducteur excepté vélos" bien mis en évidence.

Malheureusement nous constatons que des automobilistes font fi des interdictions et de ces nouveaux aménagements, profitent de la largeur de la piste cyclable restée libre, pour y circuler afin de se garer "comme d’habitude" (propos recueilli lors de l’interpellation d’un automobiliste)...

Stationnement interdit rue du plan incliné

Nous demandons dès lors, s’il n’était pas possible de déplacer le poteau afin d’empêcher physiquement le passage de tout véhicule automobile, aux autorités policières de procéder à des contrôles et des verbalisations quotidiens afin de rétablir l’ordre et la sécurité des piétons et cyclistes à cet endroit. Ces droits, pourtant fondamentaux et légitimes, sont en effet baffoués depuis de nombreux mois.

Force est de constater que ce n’est pas une priorité de la majorité liégeoise, à quelques exceptions près.

Au delà de ce problème spécifique de la rue du plan incliné, nous soulignons les difficultés engendrées par la construction de la gare des Guillemins (qui semble être conçue plutôt pour les photographes que pour les utilisateurs et les citoyens [1]) : Combien y coûte une place de parking pour une heure, un jour, une semaine ?

Des riverains du quartier des Guillemins nous mentionnent les difficultés qu’ils rencontrent depuis la création de la nouvelle gare : de nombreuses voitures stationnent dans tout le quartier, parfois pendant plusieurs jours, ne laissant plus d’espace de parking pour les habitants ! Des navetteurs, des vacanciers qui ne désirent pas payer un parking manifestement trop cher et occupent ainsi l’espace aux alentours.

Il ne s’agit donc pas ici d’un combat du vélo ou du piéton contre la voiture, mais simplement d’un cas "martyr" invitant nos autorités à considérer la mobilité d’une manière plus globale, dans une vision à long terme.

Notes

[1On pourrait citer en nombre les aménagements inexistants ou mal pensés qui rendent difficile voire frustrant l’utilisation de la gare, ce pourrait faire l’objet d’un prochain article.