, par Maxime Calay

Si votre verger est ancien, c’est une chance pour la biodiversité de la faune et de la flore. Dès lors, la meilleure solution consiste à laisser les vieux arbres en place (éventuellement les rajeunir par un élagage doux tout en conservant une partie des branches mortes pour les insectes et donc les oiseaux) et à replanter une nouvelle génération dans les emplacements vides ou entre les arbres présents qui sont en fin de vie.

Nous conseillons également de faire identifier vos fruits et de les envoyer à Marc Lateur du Centre de Recherches Agronomiques du Service Public de Wallonie à Gembloux (lien avec document et adresse : http://rwdf.cra.wallonie.be/index.php?page=19) à l’automne.

Plutôt que d’acheter les variétés du même nom en pépinière, mieux vaut regreffer de jeunes arbres à partir de ceux de votre verger. On trouve jusqu’à 50% d’erreurs d’étiquetage dans le commerce ! De plus, la belle-fleur de votre verger qui vous plaît n’est sans doute pas exactement la même que celle que vous trouverez chez un pépiniériste. Il y a des variations suite à des mutations, des variations génétiques liées à l’origine des porte-greffes.

La pépinière pourrait réaliser ce travail à façon si vous leur fournissez des greffons. Sinon, rendez-vous à nos activités greffage au verger conservatoire, c’est à la portée de tout le monde.