• (Juillet 2012)
  • Ezio Gandin - 04 388 21 49 - ezio.gandin[at]gmail.com

Suite à la probable réduction constante de la disponibilité mondiale de pétrole (le pic mondial de production du pétrole conventionnel est passé depuis 2006), beaucoup de grands processus de notre économie mais aussi notre mode de vie occidental devront s’adapter rapidement pour devenir beaucoup plus économes.

Parmi les grands secteurs impactés, celui de l’agriculture occupe une place particulière car il touche à un besoin de base de l’Humanité, celui de manger. Depuis quelques dizaines d’années, la généralisation de l’agriculture intensive et chimique a conduit à une consommation massive de pétrole et de gaz (tq et de leurs sous-produits). Cette situation qui ne peut déjà plus se poursuivre dans de plus en plus de régions du Sud faute de moyens financiers suffisants sera bientôt une réalité chez nous aussi.

Revenir à une agriculture utilisant exclusivement des engrais, des intrants naturels et des pratiques beaucoup plus économes en énergie fossile est donc une priorité, une nécessité. Cette reconversion des terres agricoles a déjà commencé chez nous (retour à une agriculture biologique) mais elle est encore beaucoup trop limitée.

Comment se fait réellement cette reconversion des terres ? Avec quelles pratiques ? Pendant combien de temps ? Les agriculteurs peuvent-ils conserver des revenus suffisants pendant cette période de transition ?

Voici quelques unes des questions qui seront au centre de notre rencontre avec 3 agriculteurs de la région liégeoise dont Mr Dominique Malmedy, agriculteur bio à Anthisnes, qui soutient et accompagne, depuis une dizaine d’années, d’autres agriculteurs dans cette indispensable reconversion.

Inscription nécessaire, groupe de 6 à 8 personnes pour permettre un échange direct avec l’agriculteur. Prévoir des bottes et … suivant le temps du jour.