Photo : isamiga76

  • (Octobre 2013)
  • de 8 à 20 €

Notre rapport à la nature n’a cessé d’évoluer au fil du temps, passant de la vénération et du respect profond à la domination et à la surexploitation. Petit à petit, nous nous sommes éloignés d’elle, jusqu’à oublier parfois, souvent même, que nous en faisons intégralement partie.

D’aucuns sentent aujourd’hui le besoin de se reconnecter avec ce monde vivant, de retrouver une cohabitation harmonieuse entre nature et humanité.

Face au constat de notre incapacité à enrayer l’érosion de la biodiversité, de plus en plus d’acteurs tendent à privilégier aujourd’hui un rapport à la nature fortement basé sur une vision utilitariste (évaluation des services écosystémiques, monétarisation de la nature, banques de compensation, etc.) parfois aux dépens de la logique spirituelle, culturelle qui tend à protéger la nature pour sa valeur intrinsèque.

Y a t il des lieux de réconciliation possible entre ces approches ? Peut-on envisager l’économie comme un appui à la préservation du vivant ? Comment estimer la valeur de la nature ? Faut-il monétariser la biodiversité ?

Durant cette journée, nous inviterons les participants à mieux comprendre les enjeux d’une intégration de la nature dans l’économie et à envisager de nouveaux modes de cohabitation harmonieuse entre développement socioéconomique et préservation de la biodiversité.

Programme et réservations sur le site d’Inter-Environnement Wallonie