, par Robin Guns

L’abondance à tous les niveaux

C’est en collaboration avec les Amis de la Terre, locale de Charleroi, que Philippe Jakubczyk organisait, le dimanche 15 septembre 2013, une journée d’initiation à la permaculture dans son grand jardin de Gerpinnes. Et les dieux de la météo étaient avec lui car la pluie s’est interrompue pour toute la durée de la formation.

Photo - initiation permaculture à Gerpinnes

Après un peu de théorie, la matinée était consacrée à la visite du jardin avec, bien entendu, les explications du maître des lieux. Ce jardin exceptionnel de 34 ares, créé à très bon compte (vive la récup) en février de cette année, respecte à 100 % les écosystèmes et tourne avec très peu d’intrants extérieurs (de la paille, un peu de poudre d’os et de sang séché). Et, miracle de la nature, sans bêcher, sans compost préparé (le compostage est utilisé soit « frais » dans la biomasse, soit pour réaliser du terreau), sans aucun produit chimique, ce jardin produit aussi bien, plus et mieux même, que n’importe quel autre jardin plus classique qu’il soit bio ou non. De plus le jardin, à l’exception des 2 serres, ne demande absolument aucun arrosage malgré un terrain au départ assez perméable. Ce sont surtout les lombrics et les fourmis qui remontent en permanence l’eau vers la surface et les plantes arrivent sans problème à développer un système racinaire bien plus important que dans un jardin classique.

Philippe qui travaille avec des planches couvertes d’une importante biomasse (mulch de minimum 25 cm) privilégie tout simplement la nature et s’efforce en permanence d’enrichir les écosystèmes (mini-marres, tas de bois, prairie naturelle, abris pour insectes, déchets du ménage placés sous le mulch pour nourrir les vers de terre et autres organismes,…). Il se défini comme un facilitateur et son maitre mot est « observation ». Observation aussi bien des animaux domestiques que des légumes, arbres fruitiers, animaux sauvages, insectes,… Cette observation et les déductions qu’il en fait lui permet de faciliter le travail de la nature et de faire vivre au mieux, dans ses objectifs productifs, ce jardin permaculturel. En fait, pour lui, tout ce petit monde vivant doit se débrouiller presque seul, il donne de l’aide uniquement en cas de problème. Cette philosophie se rapporte aussi bien aux arbres qu’aux plantes et animaux. Notre « jardinier » privilégie aussi les associations ou plutôt les collaborations entre plantes et, même, entre plantes et animaux. Il s’agit aussi d’utiliser au maximum les animaux domestiques (moutons du Cameroun, poules et canard de barbarie) aussi bien comme fournisseurs d’engrais que comme prédateurs de limaces... A tous les niveaux, Philippe insiste, pour la création d’un système global en permaculture, de, au-delà du design de base, bien réfléchir aux choix des espèces aussi bien animales que végétales. C’est, pour lui, un élément important d’une réussite si rapide dans son cas.

Bon, revenons à cette belle journée. Le repas de midi, préparé par Marie-Ange, comportait non moins de 14 légumes issus du jardin et Pierre s’occupait du barbec. Ce repas fut pris dans une ambiance très sympa avec des conversations tournant bien entendu autour de la visite et des expériences de chacun.

L’après-midi a été consacré à la pratique et les stagiaires ont sans problème, sous la direction de Catherine, nommée chef d’équipe, créé une nouvelle planche de culture avec semis et plantations.

La journée se termina plus tard que prévu par de longues conversations sur la terrasse et un petit exposé de Christophe Mertens, également membre des Amis de la Terre, sur les toilettes sèches.

Et pour ceux qui n’en étaient pas, Philippe pense organiser très bientôt un stage de 2 jours essentiellement basé sur la pratique (maximum 5 participants). Des stages pratiques de 5 jours, d’autres journées d’initiation et des journées pour enfants seront également possibles à partir du printemps prochain.

Contact : phil743[at]infonie.be ou 0476551149.