Les communautés locales de FoE Ecosse ont remporté un accord d’une valeur record de 13 million de livres (environ 15,6 millions d’euros) d’une société multinationale française qui se prépare à construire un champ éolien près d’Edinbourg.

Une solide tranche des profits des 22 turbines à vent prévues à Fauch Hill dans la région West Lothian sera partagée par les villes et villages des environs, plus tous les bénéfices d’une autre éolienne qui sera totalement la propriété des habitants.

L’accord, conclu après de rudes négociations, est reconnu comme un des meilleurs jamais obtenu de la part d’un promoteur éolien, et pourrait avoir des implications majeures pour les autres communautés écossaises qui envisagent d’accueillir des champs éoliens.

Le champ éolien de 69 megawatt est proposé par le groupe Louis Dreyfus, une compagnie privée fondée en 1851 en Alsace. Deux sondages ont indiqué que le projet est soutenu par 60% des résidents locaux.

Mais le développement a été contesté par certains groupes environnementaux et a été rejeté par le Conseil de West Lothian en 2012. L’an dernier, il fut l’objet d’une consultation publique et il est maintenant en attente d’une décision par les ministres écossais.

Les groupes locaux, pendant ce temps, ont négocié le paiement de 5000 livres par megawatt par an, ce qui représente un total de 8,25 millions sur les 25 ans de durée de vie du projet. La société ajoute un complément de 330.000 livres dans un fond pour améliorer l’efficience énergétique et développer localement la large bande (internet) en compensation pour les troubles pendant la construction.

Fait inhabituel, Dreyfus a accepté que la communauté devienne propriétaire d’une des turbines de 3 megawatt et prêtera l’argent pour l’acheter à des conditions favorables. Une estimation prudente prévoit que la turbine rapportera plus de 4.5 millions de livres net sur les 25 années, tandis que d’autres suggèrent que cela pourrait être deux ou trois fois plus, suivant les futurs prix de l’électricité.

Dreyfus a aussi promis que le champ éolien pourrait être utilisé par les marcheurs, les cavaliers et les cyclistes. Un centre pour les visiteurs est planifié, ainsi que des parkings gratuits et un meilleur accès au parc régional voisin de Pentland Hills.

Stewart McKenna, qui préside un des groupes locaux, Kirknewton Community Development Trust, a estimé que les bénéfices sociaux et environnementaux pour la population locale devraient être « énormes ». Ce fut une victoire durement acquise dont d’autres pourront tirer profit, a-t-il dit.

« La population écossaise et ses ressources renouvelables sont deux de nos plus grands atouts » a-t-il dit. « Associées, elles forment une puissante force positive et aideront à fournir une démocratie locale plus résiliente, plus à même de prendre des décisions pour elles-même ».

Le « Kirknewton trust » a essayé de développer son propre projet d’énergie renouvelable pendant sept ans mais a dû abandonner l’idée à cause d’un manque de finance et de terrains.

A la place, la communauté a saisi une grande opportunité avec un investisseur étranger. « Je ne vois pas comment à long terme, des projets significatifs comme celui-là pourraient aboutir, sauf dans des formes de partenariat avec un plus gros investisseur qui est préparé à prendre la première part de risque » argumenta McKenna.

L’ensemble des bénéfices à la communauté acquis pour le champ éolien de « Fauch Hill » a été qualifié d’« excellent » par le Dr Richard Dixon des Amis de la Terre Ecosse : « Les locaux ont clairement marchandé dur pour obtenir un bonne offre » a-t-il dit.

« De simples contributions financières sont bienvenues, mais nous voudrions voir les communautés obtenir une part de chaque nouveau projet d’énergie renouvelable. La proposition de Fauch Hill fixe un standard important pour tous les gros investisseurs du renouvelable. »

Deborah Chawner, directrice de la société Fauch Hill Sustainable Energy de Dreyfus a dit que le projet offrait « le meilleur lot de bénéfices à la communauté ». Il inclut « des suggestions de valeur qui nous furent proposées par les groupes locaux ».

Les ministres écossais ont fixé un objectif de 500 megawatts d’énergie renouvelable qui sera possédée par les communautés locales pour 2020. Le but est « de maximiser les bénéfices de l’énergie renouvelable pour les communautés ».

Article de Rob Edwards.
Traduction : Michel Bamps, pour les Amis de la Terre