, par Céline Racine

Le témoignage de Josiane Delrez (ACRF-Femmes en milieu rural) suite à sa participation à une conférence d’Ezio Gandin sur la simplicité volontaire lors de la "Semaine sans écran" dans la Province de Liège.

En octobre dernier, « la SEMAINE SANS ECRAN » a connu un réel succès à Herve. Le CHAC, Centre Hervien d’Actions Culturelles, proposait des alternatives culturelles aux écrans trop présents dans nos foyers. Le CHAC souhaitait valoriser le monde artistique et associatif et soutenir l’Action Article 27 alliant culture et solidarité. Des concerts, de la danse, de l’artisanat, des expos, de la cuisine, des conférences ont fait le pari de promouvoir la culture pour tous.
Une quarantaine d’associations, pas moins de 35 artistes et groupes de scène ont suscité de belles rencontres et créé des collaborations inédites pour distraire, étonner ou interpeller un public nombreux.

Vivre autrement…
C’est dans ce cadre que l’ACRF (Femmes en milieu rural asbl) de la Province de Liège avait invité Ezio Gandin, président des Amis de la Terre à Herve pour une conférence « Vivre plus simplement pour vivre mieux ». Les femmes rurales avaient ouvert cette séance au public qui a été nombreux à répondre à l’invitation. La plupart des participants, déjà conscientisés par rapport à des défis écologiques et sociaux, ont ouvert la porte de la Simplicité Volontaire (SV).
Ezio Gandin a introduit son exposé en présentant son association, ses objectifs et son travail. Son slogan : « Agir localement et penser globalement » avec les thématiques suivantes :
- La biodiversité
- L’eau : gestion durable
- L’alimentation solidaire : SEL, potagers collectifs, Vergers
- L’énergie : économie d’énergie et le climat

Vivre autrement ensemble comment ?
C’est d’abord une large réflexion sur toutes les conséquences de notre mode de vie. Une approche individuelle et collective pour rectifier nos comportements boulimiques en temps et en biens et retrouver un accord avec notre nature et la Nature.

Mais par où commencer ?
Tout d’abord, reconnaissons les difficultés que sont les tentations, la publicité, l’obsolescence et le crédit facile. La prise de conscience de ces limites doit nous inciter à trouver des alternatives globales (Villes en transition...) ou spécifiques : rouler moins et partager la voiture, vélo, jardin bio, circuits courts, toilettes sèches, GAC…qui influenceront positivement notre créativité et notre réflexion.

Décider de vivre avec moins, de se désencombrer, de ralentir nos activités, de favoriser les liens, c’est choisir la Simplicité Volontaire.
Vivre avec moins, on le devine, permet, à terme, de faire des économies en réduisant les dépenses, en allongeant la durée de vie de certains appareils, en diminuant nos besoins énergétiques, en recyclant.
Le Simplicitaire se donne des valeurs fondamentales tout en privilégiant « l’être » plutôt que « l’avoir », le « assez » plutôt que le « plus », le temps libéré plutôt que le compte en banque, le partage plutôt que l’accaparement.

La Simplicité Volontaire, c’est aussi un chemin pour retrouver sa dignité en sortant de l’endettement ou développer sa spiritualité, un mode de vie tenant compte des capacités et des ressources de la Terre.
La Simplicité Volontaire n’a pas pour ambition de révolutionner le monde mais de mettre en place des actions individuelles et collectives dont la somme permettra de créer un monde meilleur.

C’est un nouvel engagement social, au de-là des actions individuelles. Une véritable dynamique sociale.

Josiane Delrez