, par Ezio Gandin

Nous avons tous besoin d’espoir

En ce début décembre, nous avons organisé, pour la première fois, à la demande de quelques jeunes de 20 ans, une rencontre découverte de la simplicité volontaire.

Petite innovation : au lieu de rassembler des simplicitaires dans une salle de réunion pour parler de leur vécu, ce sont les jeunes qui en 2 petits groupes ont eu l’occasion de rencontrer, chez elles, 6 personnes-familles engagées déjà depuis quelques années dans une vie plus simple et dont la majorité font partie d’un groupe de simplicité volontaire. Pour chaque hôte, dans son cadre de vie, c’était l’occasion de parler pendant 2-3 heures de sa vie, des difficultés de la démarche mais aussi et d’abord de la joie que cette vie plus simple lui apporte.

Au cours de la réunion de fin de journée, lors du partage de ce qui avait été vécu par ces jeunes, une phrase m’a particulièrement marqué : « Nous, les jeunes, face à tout ce que nous entendons, nous avons besoin d’espoir, de rencontrer des personnes qui portent cet espoir en elles ». Et cette journée semblait avoir atteint pleinement cet objectif à travers la chaleur communicative de certain(e)s simplicitaires et leurs expériences de vie simple partagées.

Et pour ceux comme moi, les moins jeunes ? Je pense que nous avons également un grand besoin d’espoir car le cadre actuel, rapporté par les medias du matin au soir, n’est pas particulièrement réjouissant. De la crise financière qui sème à répétition la panique au sein des « marchés » et des gouvernements, aux programmes nationaux d’austérité qui fleurissent dans l’incompréhension voire le refus de la majorité des citoyens, tout est en place pour nous « plomber » le moral, pour nous désintéresser encore un peu plus de la « vie politique ». Surtout quand en plus, on entend que malgré les mesures d’austérité, on va relancer la croissance économique et qu’enfin tout va aller mieux pour tout le monde.

Vous y croyez encore ? Moi pas et je ne pense pas être le seul.

Ce n’est pas une crise financière que nous vivons, c’est une crise bien plus vaste de tout un système économique basé sur une utilisation illimitée de ressources matérielles et un accroissement permanent des inégalités sociales pour favoriser toujours plus les plus riches. Et ce n’est pas le tout récent « pseudo accord » de Duncan (discussion sur le prolongement du protocole de Kyoto pour la réduction de la production mondiale de gaz à effet de serre afin de contenir les dérèglements climatiques) qui va nous mettre en liesse. Comme l’indiquait un des observateurs de cette grande messe rassemblant près de 200 pays : « On remet une nouvelle fois à plus tard les décisions qui s’imposent en oubliant que chaque année de retard nous rapproche de changements climatiques majeurs aux conséquences dramatiques d’abord et surtout pour les plus pauvres ».

Je vous invite et vous encourage durant cette période de fin d’année à vous éloigner encore un peu plus de ces cathédrales de la consommation qui luisent des mille feux de l’endettement et de la solitude. Je vous invite et vous encourage à utiliser votre énergie et le temps retrouvés pour promener votre regard et votre oreille en dehors des medias traditionnels et vous rapprocher aussi de ce qui à l’intérieur de vous résonne avec les valeurs qui ont fondé et qui fondent notre Humanité comme le respect, la solidarité et la compassion ; vous y trouverez certainement des pistes pour retrouver cet espoir dont nous avons toutes et tous besoin.

Ezio Gandin
Président des Amis de la Terre - Belgique

La suite dans ce numéro en PDF...