par Friends of the Earth International (FoEI)

Traduction de Michel Bamps, administrateur des Amis de la Terre, de l’article de FoEI :
http://www.foei.org/news/friends-earth-international-statement-solidarity-refugees

Déclaration de solidarité des Amis de la Terre International (FoEI) avec les réfugiés.

Le 12 septembre, nous appelons la population, la société civile et les gouvernements à montrer leur solidarité et fournir aide et sécurité aux peuples en détresse.

Ces derniers jours, nous avons vu arriver un grand nombre de réfugiés en Europe et, dans le même temps, les médias en pleine frénésie à propos de la « crise des migrants ». Pendant que de simples citoyens ont pris l’initiative de fournir un soutien, tel que des dons, des marches de solidarité et du transport, la presse européenne continue à regorger d’âneries xénophobes. "Ce sont des migrants économiques, pas des réfugiés", disent ceux qui n’ont manifestement pas prêté attention aux informations ces vingt dernières années. « Pourquoi les pays voisins n’en font pas plus pour les aider ?" demandent ceux qui n’ont de toute évidence jamais remarqué que la Turquie, la Jordanie, le Liban, le Pakistan et de nombreux autres « voisins » ont du mal à absorber le nombre massif de personnes déplacées.

On estime que 9 millions de personnes ont fui leurs maisons à cause de la guerre en Syrie. Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), plus de 3 millions ont fui vers les voisins immédiats de la Syrie : Turquie, Liban, Jordanie et Irak tandis que 6,5 millions sont déplacés à l’intérieur même de la Syrie.

À la fin de 2015 environ un demi million de personnes auront probablement fui vers l’Europe en raison de conflits, de la persécution et de la misère. Plus de 350 000 sont déjà arrivés - une augmentation significative par rapport aux années précédentes, en raison de l’instabilité politique, l’oppression et les conflits violents.

Pour éviter d’autres flux de réfugiés et résoudre la crise actuelle, FoEI lance un appel pour les actions suivantes :

  • Mettre fin au conflit en Syrie
    L’ONU et les gouvernements du monde entier ont besoin de prendre des mesures plus audacieuses concernant l’arrêt de la guerre civile en Syrie, comme une première étape vers la reconstruction du pays. En général, nous avons besoin de promouvoir et d’améliorer la construction de la paix dans nos sociétés pour prévenir les guerres dans le futur.
  • Fin de l’extraction des ressources naturelles et de leur surconsommation.
    L’extraction des ressources et leur consommation est un facteur important contribuant à la plupart des conflits violents qui conduisent les gens à faire des voyages périlleux vers des contrées lointaines. Nous devons diriger nos économies vers une utilisation plus efficace des ressources, et même dans certains cas vers l’élimination progressive de leur utilisation (par exemple dans le cas des combustibles fossiles). Prendre des mesures pour prévenir le pillage des ressources comme celui qui a dévasté des pans entiers du Nigeria serait d’une grande aide. Aider les gens à préserver leur accès à l’eau est essentiel. Mettre en place un système international efficace pour empêcher les gens d’être expulsés de leurs terres ou privés de leurs moyens de subsistance.
  • Travailler d’urgence vers la justice climatique
    Pour éviter un nombre accru de réfugiés à l’avenir, les gouvernements doivent agir de toute urgence pour éviter le chaos climatique. Le changement climatique amènera la destruction des récoltes, la propagation des maladies, la perturbation des voies d’approvisionnement, l’aggravation des événements météorologiques extrêmes et, comme toujours, ce seront les pauvres et les marginalisés qui souffriront des pires conséquences. Le changement climatique aggravera des situations potentiellement explosives et conduira probablement à des conflits et des guerres à l’avenir, car il augmentera la rareté des ressources.
  • Arrêter la persécution
    Nous avons besoin de sociétés qui protègent la liberté de manifester à travers le monde et que les persécutions cessent. La société civile et les gouvernements doivent critiquer activement les lois régressives. Nous devons soutenir les efforts visant à créer un traité international pour empêcher les entreprises d’abuser des droits humains et les tenir responsables quand elles le font.
  • Commerce équitable
    Nous devons redoubler d’efforts pour éradiquer la pauvreté, mais nous devons nous pencher sur ses causes profondes. Par exemple, les accords commerciaux déséquilibrés voient souvent les pays du Nord et des sociétés transnationales aspirer d’énormes quantités de richesse des pays pauvres et ne laisser que la dévastation de l’environnement dans leur sillage. Aujourd’hui, nous voyons se développer encore plus d’accords commerciaux du type « les entreprises d’abord, les peuples ensuite » tels que le TTP (Accord de partenariat transpacifique) et TTIP (Accord transatlantique de commerce et d’investissement) malgré le rejet massif du public.
  • Soutenir les réfugiés en montrant solidarité et assistance
    Les gens ont quitté leurs maisons et ont fui pour sauver leur vie et maintenant ils ont besoin de soutien. Ils ont besoin des mêmes choses que le reste d’entre nous : gagner leur vie pour soutenir leurs familles, apprendre à rire et vivre leur vie dans la dignité. Au lieu de construire des murs, nous avons besoin de bâtir des maisons et de construire des ponts.

Jagoda Munic, Présidente de Friends of the Earth International