Après la COP 21, la Géo- ingénierie va-t-elle s’imposer ?

Photo : isamiga76

  • mercredi 27 avril 2016 à 20h (il y a 5 mois)
  • 5€ / Etudiants 3€
  • Inscription souhaitée par mail : grappebelgique chez gmail.com
  • Grappe

La géo-ingénierie : de quoi s’agit-il ?

La géo-ingénierie est l’intervention technologique à échelle planétaire sur les océans, les sols ou l’atmosphère dans le but de contrecarrer ou de réduire l’impact des activités humaines.

Et si, plutôt que tenter de réduire les émissions de gaz à effet de serre, on développait des technologies capables d’atténuer et même d’en supprimer les effets les plus graves ? C’est le plan B, proposé par certains scientifiques et soutenu par des financiers qui y voient une nouvelle mine d’or en perspective. L’échec des politiques de réduction des émissions de GES justifie, selon eux, de s’y préparer : gestion du rayonnement solaire et séquestration des GES sont les deux grandes voies envisagées.

Quelle est l’efficacité de ces techniques ? Quels sont les dégâts collatéraux ? Doit-on et peut-on encore y renoncer ?

C’est de ces questions que nous vous invitons à débattre avec Miguel Tremblay , le
mercredi 27 avril à 20h à Mundo N. La conférence sera suivie d’un échange de vue avec Daniel Comblin (président d’APERE), Ezio Gandin (président des Amis de la Terre) et Paul Lannoye (président du Grappe asbl)... et d’un débat avec la salle.

Miguel Tremblay est né en 1977. Physicien, il travaille dans le milieu de la modélisation atmosphérique depuis plus de dix ans et est auteur de vulgarisation scientifique sur son blog depuis 2006. Impliqué dans le vie politique au Québec, il donne régulièrement des conférences sur différents sujets liés à l’environnement, comme le changement climatique ou la géo-ingénierie. Il vit à Montréal.