, par Didier Brick

Le verger nécessite un entretien régulier au niveau de l’herbe. Les hautes tiges permettent le passage du bétail, mais ce dernier requiert des protections efficaces pour éviter des dégâts aux arbres. D’autre part, la surface doit être relativement importante si l’on veut y mettre des vaches. Et il faudra dans ce cas faire appel à un agriculteur de confiance pour éviter les problèmes liés au bail à ferme si vous voulez conserver la totale propriété de votre bien.

Bien souvent, on se tourne alors vers les moutons. Vu leur taille, ils ont déjà l’avantage de ne pas abimer les branches basses des hautes tiges. Cependant, la plupart des races adorent l’écorce des jeunes arbres … Une fois de plus, des protections deviennent indispensables durant les premières années de vie des fruitiers du moins.

Voici une race intéressante : le mouton Shropshire

1. Historique de la race

L’histoire du mouton Shropshire débute au 19ème siècle dans les comtés anglais du Shropshire et du Staffordshire. Ces régions se caractérisent par une exploitation extensive de pâturages, dans lesquels l’élevage de troupeaux de moutons avait déjà une grande importance. La race Shropshire provient du croisement par assimilation de la race Southdown avec des races locales. Avec une plus faible ampleur, les races Cotswold et Leicester ont également été utilisées.

En 1845, le Shropshire a été exposé pour la première fois au "Royal show" en Angleterre. La race a été reconnue officielle en 1859 par la Royal Agricultural Society en 1855. En 1882, a été fondé la Shropshire Sheep Breeders’Association qui fut la première association d’éleveurs ovins. En 1883, le livre généalogique de cette race a été organisé.

Le Shropshire a été exporté en grand nombre d’Angleterre dans tous les pays à fort élevage ovin. Présente aux Etats-Unis dès 1855, la race Shropshire fut la plus importante en terme d’effectifs entre 1880 et 1930. Elle reste aujourd’hui la première race à tête noire aux USA. Le type sélectionné aux Etats-Unis n’a cependant plus rien à voir avec le type européen.

Aujourd’hui, des Shropshire sont élevés également avec un très grand succès en Australie et en Nouvelle-Zélande, afin de pouvoir les croiser avec des moutons Mérinos. Elle est aujourd’hui plutôt rare en Angleterre et est tombée en désuétude en Amérique du Nord suite à de nouvelles exigences économiques, poussant à la création de races plus compactes, ainsi qu’en raison de problèmes d’aveuglement laineux.

2. Description

Il s’agit d’un mouton à tête noire et à laine blanche. Sa principale particularité est la présence de laine du pourtour des yeux aux genoux. Le bélier peut dépasser les 100 kg, la brebis fait dans les 70-80kg. Il présente également de bonnes qualités laitières et bouchères ainsi qu’une bonne prolificité, un agnelage facile et de bonnes qualités maternelles. Enfin, c’est un mouton très rustique peu exigeant sur le fourrage.

  • Corps harmonieux : charnure moyenne à bonne croissance, caractères sexuels prononcés, mamelle
  • saine ; toison blanche, poils courts de couleur brun foncé à noir sur le chanfrein, les oreilles, les joues et les membres.
  • Tête et encolure : tête d’expression noble, dépourvue de cornes, de longueur moyenne, plutôt légère avec mufle large ; position des dents superposée ou adjacente ; oreilles courtes à moyennes soutenues ; encolure bien musclée, bien soudée à l’épaule et au garrot.
  • Poitrine, garrot, dos : poitrine large avec côtes bien rondes ; épaules bien attachées ; garrot large et fermé. Ligne supérieure droite, dos large et long ; reins larges, solides et bien musclés ; flancs de bonne profondeur ; bassin de longueur moyenne, large et peu incliné ; gigots bien descendus et bien musclés.
  • Membres, aplombs et allure : membres solides, bien posés ; jarrets légèrement arqués ; paturons de
  • longueur moyenne, bien portés ; onglons sains, légèrement écartés ; position et allure correctes.
  • Laine : Corps entier recouvert uniformément de laine, depuis la ligne des yeux jusqu’aux genoux et aux jarrets ; toison uniformément blanche, dense, homogène, composée de mèches fermées. La finesse de la laine s’élève entre 31 à 34 microns.

Le mouton Shropshire compte parmi les races ovines les plus robustes et peut se maintenir dans les conditions d’élevage les plus variées. Cela provient du fait qu’il est originaire d’une région au climat relativement rude.

3. Intérêt

  • Intérêt écologique et pourquoi les Amis de la Terre soutiennent cette race : Si la race n’est pas locale, contrairement à l’Ardennais roux, elle présente par rapport à celui-ci, le gros avantage de ne pas s’attaquer aux troncs des arbres. Ainsi, le shropshire est utilisé en Nouvelle-Zélande pour le désherbage des plantations de sapins de Noël car il ne s’attaque pas aux troncs des conifères et que sa laine dense ne se prend pas dans les branches. En France, le parc naturel régional du Morvan en a introduit dans les plantations de sapins de Noël. Il est également employé dans certains vergers en agriculture biologique, ce qui concourt à une bonne efficience énergétique de la production agricole. Il fait son apparition dans notre pays depuis quelques années. C’est le même usage de tondeuse écologique pour les plantations de sapins de Noël qui a aidé à son importation. Le Centre de Recherches Agronomiques de Gembloux et le Centre de Michamps à Bastogne l’ont testé en vergers de basses tiges. Leur conclusion pratique est la suivante : comme les autres moutons, il mange tout ce qui est à sa portée. Par contre, il ne s’attaque pas aux troncs d’arbres plus âgés. Les jeunes plants nécessitent tout de même une protection.
  • Qualité bouchère des agneaux : La race combine rapidité de croissance avec une excellente conformation de carcasse et maigreur de la viande. Dans les grands pays producteurs ovins comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Angleterre, ces béliers reproducteurs ont permis, au cours des dernières années, une énorme amélioration, en raison de l’apport de leurs qualités.
  • Production de laine : Parmi les moutons des races Down, le Shropshire est celui qui présente la couverture laineuse la plus importante. La laine est lourde, dense, pesant typiquement 2 à 3 kg. Cette laine fine est d’excellente qualité et permet un large éventail d’utilisations.

Comment se lancer ?

Vous trouverez ici quelques recommandations faites pour les moutons ardennais roux, convenant également pour les moutons Shropshire.

Un éleveur Amis de la Terre pour vous aider
Didier Brick - Rue Mitoyenne, 12 – 4630 Ayeneux
0497/82.63.83 - brickdidier chez gmail.com

Devenir membre d’une association ?
La race Shropshire n’est pas encore reconnue en Belgique. Dès lors, il n’existe pas de schéma de sélection de la race et il n’est pas possible d’inscrire vos animaux au livre généalogique

Les éleveurs, toutes races confondues, sont regroupés dans une fédération interprofessionnelle :
Fédération Interprofessionnelle Caprine et Ovine Wallonne (FICOW)
Siège : Chaussée de Namur, 47 à 5030 GEMBLOUX
Tél. : 081/62.74.47 - Courriel : ficow[at]ficow.be - www.ficow.be

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shropshire_%28race_ovine%29
http://shropshire.fr/
Didier Brick (notes personnelles)

Table des matières

squelettes/aside/dist.html