Le nucléaire est indispensable pour la sécurité d’approvisionnement énergétique

Pour répondre aux objectifs climatiques fixés pour la Belgique, le nucléaire est indispensable. D’ici 2030, les émissions de CO2 du secteur électrique s’élèveront à 13 millions de tonnes contre 21,1 millions de tonnes sans l’usage du nucléaire. De plus, en produisant plus de 50% de l’électricité en Belgique, le nucléaire est indispensable pour assurer la stabilité de l’approvisionnement en énergie. Le nucléaire est donc la seule solution pour réduire la dépendance de la Belgique au marché international du gaz et du pétrole.

On peut parfaitement se passer du nucléaire, même en Belgique
Dans notre pays fortement nucléarisé, lorsque tous nos réacteurs fonctionnent (hors pannes, fissures et sabotages), le nucléaire produit 52% de toute l’électricité consommée annuellement. Mais l’électricité ne représente que 20% de toute l’énergie consommée en Belgique (Pensez à toutes les autres sources d’énergie utilisées pour la mobilité, le chauffage, les processus industriels, etc.). Donc, le nucléaire ne fournit que 52% x 20% = 10,4% de toute l’énergie que nous consommons. Il suffit de réduire notre consommation globale de 10% pour pouvoir se passer du nucléaire, sans réduire notre confort, sans impacter notre industrie, ni notre économie !

Et ces dernières années, toutes les études scientifiques (neutres et indépendantes) montrent que, dans nos pays occidentaux, il est possible, grâce à des technologies qui existent déjà et qui sont économiquement rentables, de réduire notre consommation d’énergie de 40 à 50% !

De même, il est régulièrement démontré que les énergies renouvelables peuvent, déjà à l’heure actuelle, nous fournir20 à 30% de toute notre consommation. Les 10% produits par le nucléaire belge sont donc tout à fait superflus. Chez nos voisins allemands, les énergies renouvelables assurent déjà 30% de la production d’électricité. Au Danemark, ce chiffre dépasse les 40%. Et ce n’est pas fini !

Pour rappel, la part du nucléaire est actuellement de moins de 10% dans la consommation mondiale d’électricité. Et cette électricité ne représente que 17% de la consommation mondiale d’énergie. Le nucléaire ne fournit donc que 10% x 17% = 1,7% de toute l’énergie mondiale. Il suffit donc d’économiser 1,7% d’énergie, ou produire 1,7% de plus en énergies renouvelables, pour pouvoir totalement se passer du nucléaire, dans le monde entier !

Sécurité d’approvisionnement
Il ne faut pas oublier qu’il n’y a aucune mine d’Uranium en Belgique. Tout notre Uranium doit être importé de l’étranger. Nous sommes donc dépendants de sources d’approvisionnement étrangères et d’un prix que nous ne contrôlons pas du tout. Par contre, les énergies renouvelables peuvent assurer une importante part de l’approvisionnement énergétique, comme on peut le constater en Allemagne et au Danemark, par exemple. Les énergies renouvelables ne risquent pas de disparaître, ni de s’épuiser. Elles ne sont pas soumises aux aléas économiques et politiques de pays étrangers.

Indépendance énergétique
En optant pour les énergies renouvelables, notre pays (voire chacun de ses habitants) peut devenir indépendant des importations et des prix du marché international. De plus, lors d’un pic de consommation électrique en hiver, les centrales nucléaires belges n’ont ni la capacité, ni la modulation de production nécessaire. La Belgique doit alors importer de l’électricité de l’étranger.

Développement de circuits courts et d’une économie locale
Les énergies renouvelables étant locales, elles permettent le développement de coopératives locales. Cela va ainsi renforcer les circuits courts entre consommateurs et producteurs, et va également contribuer au développement des régions locales.