Barroso, ne vendez pas nos intérêts publics à Goldman Sachs !

L’ancien président de la Commission européenne, M. Barroso, vient tout juste d’être désigné Président non exécutif de la Goldman Sachs International, l’une des banques d’investissement les plus mises en cause dans la crise économique de 2008. Pour honorer sa nouvelle fonction, Barroso saura parfaitement, s’il le faut, manipuler la Commission européenne.

Signez la pétition lancée par la coalition ALTER-EU !

ALTER-EU (The Alliance for Lobbying Transparency and Ethics Regulation) est une coalition dont "Friends of the Earth Europe" est membre fondateur.

Nos représentants publics ne devraient pas jouer de leur influence au profit de puissantes corporations. Fermons cette porte battante entre la Commission européenne et le gros business. Il nous faut immédiatement réviser les lois concernant le travail des commissaires européens, une fois leurs bureaux quittés.

Les anciens commissaires devraient se voir interdire tout type de travail engendrant des conflits d’intérêts pendant, au moins, les trois ans qui suivent leur départ de la Commission.

Aussi, nous souhaitons la création d’un comité d’éthique, transparent et indépendant, compétent et décisionnaire, qui pourrait faire appliquer des sanctions.

Dans cet esprit, M. Barroso devrait se voir refuser le droit à la pension qui lui a été attribuée en tant qu’ancien membre de la Commission européenne.

Pourquoi c’est important :

Goldman Sachs, une société bancaire au rôle central dans le déclenchement de la crise économique de 2008 [1], vient juste de trouver un moyen stratégique pour forcer l’Union européenne à agir dans ses intérêts. La banque d’investissement vient, en effet, d’embaucher l’ex-président de la Commission européenne, M. Barroso [2].

Barroso jouit d’une grande influence politique, compte de nombreux contacts ainsi que d’insiders parmi la fonction publique, autant d’individus qu’il pourra désormais utiliser au bénéfice d’une des corporations les plus controversées, qui dépense déjà des millions pour soudoyer l’UE.

C’est un signal clair : nos institutions européennes autorisent les grosses entreprises et des banques à définir leur propre ordre du jour. Nous avons besoin de lois fortes afin d’empêcher cela, ainsi que des sanctions effectives en cas de manquement à ces dernières. Le président français, des dizaines de membres du Parlement européen ainsi que des employés mécontents de l’UE se sont déjà prononcés contre ces agissements [3], mais la Commission reste muette. Une large communauté d’Européens, soudés et déterminés, devrait pouvoir faire bouger les choses !

Signez pour mettre fin au trafic d’influence d’ex-politiciens au profit des corporations !

Cette pétition est tenue en partenariat avec The Alliance for Lobbying Transparency and Ethics Regulation (ALTER-EU) :
Références :

[1] http://rue89.nouvelobs.com/2010/04/26/goldman-sachs-le-scandale-de-la-banque-daffaires-explique-aux-nuls-149014

[2] http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/07/09/pluie-de-critiques-apres-l-embauche-de-barroso-par-goldman-sachs_4967021_3214.html

[3] http://www.liberation.fr/planete/2016/07/11/barroso-chez-goldman-sachs-dans-l-attente-des-reactions-politiques_1465517