Vous l’avez sans doute appris, Ezio Gandin, président des Amis de la Terre-Belgique (en poste depuis 2009) a quitté sa fonction en juin dernier. Il reste cependant administrateur une année de plus mais a passé le flambeau à Michel Bamps, que nous félicitons au passage !

Nous ne pouvions rester impassibles face à cette nouvelle et avons donc demandé à Marc Van Damme de sortir sa plus belle plume pour un texte sur base des traits de caractère et de la vie associative de Ezio. Vous trouverez l’intégralité de cette « enquête humoristique », un document PDF de 12 pages, ci-dessous.

L’équipe des permanents tient à remercier du fond du cœur ce président remarquable : un engagement et une disponibilité exceptionnelles, une vision et une réflexion riches, une capacité de communiquer claire et sereine, le tout avec une grande sensibilité et beaucoup d’humanisme.

Et Marc de rajouter :« il y a trop à dire tant Ezio est un homme à la personnalité riche et aux qualités nombreuses et variées. Généreux, gentil, attentif, attentionné, exigeant, affirmé, déterminé, calme, serein, tenace voire têtu, charismatique, intelligent, mince et en bonne santé, voilà quelques qualificatifs qui naissent sur les lèvres des personnes qui parlent de lui. Personnellement j’ajouterais clairvoyant et infiniment respectueux d’autrui. »


photo : Ezio devient président et prend le relais de Marcel, à Dave en 2009.

Voici quelques extraits de l’enquête intitulée « Nom de Code Enzo » :

« L’individu possède une automobile qu’il n’utilise jamais ou presque. Il se déplace à pied, en général chargé d’un sac à dos dont le volume varie beaucoup d’un jour à l’autre. Cela peut aller du petit sac style « écolier » au modèle bien plus grand que les voyageurs pédestres, randonneurs et autres beatniks ont coutume d’utiliser (voir annexe 3.0 en fin de dossier : nous n’avons pu identifier qu’un seul chargement, des dattes en quantités étonnantes). »

« Suivant le suspect avec la prudence nécessaire à ne pas se faire repérer par lui, le sergent D. Croissant à pied, moi-même à vélo et nous relayant sans cesse, nous avons pu observer que l’individu procédait à divers trafics. Dans le centre de Liège, aux abords de la gare dite des Guillemins, le suspect s’est rendu dans une maison « Zen », lieu bien connu de nos services qui brasse une faune interlope de prétendus philosophes, penseurs, et autres remue-cerveaux dont on sait bien que les activités tendent à troubler l’ordre public quand bien même ils ne professent que « paix et sérénité »

« Le sac à dos de l’individu n’était pas vide, loin s’en faut : il en a sorti un agenda ventru, tout encombré de feuillets en sus des pages d’origine. Sous prétexte de prendre sur une tablette un exemplaire du journal gratuit qui est à disposition des usagers dans les gares (et qui traîne un peu partout par la suite), j’ai pu m’approcher du suspect et visionner, du moins partiellement ledit agenda. Il ne me semble pas possible, à moins d’être ministre d’avoir à noter autant de choses dans son agenda, la taille des pages étant quasiment plus étendue que les heures de la journée. D’une écriture fine et appliquée, lesdites pages sont noircies d’une littérature qui n’a rien à voir avec les classiques rendez-vous ou liste des choses à ne pas oublier. Pendant que le suspect dévorait quelques légumes crus et une quantité incroyable de fruits secs (noisettes, noix, dattes, amandes...), j’ai pu mémoriser quelques termes pour le moins abscons. « CNV », « SV », « DES », « ST ou ST-Lien », « AT-B », « VeT », « TQR », voilà autant d’abréviations qui doivent bien dissimuler les choseS puisque celles-ci ne sont pas nommées clairement. »

« Après la réunion, qui ne dura pas moins de trois heures et demies, l’assemblée s’est dissoute et le suspect est rentré en train chez lui. NB : Le groupe SoS fait depuis ce jour l’objet d’une surveillance étroite. »

« Bien que le suspect ait annoncé sa retraite, il est plus que probable qu’il continuera à tenir les fils de ce réseau subversif. Les individus de cet acabit ne s’arrêtent jamais vraiment, d’une part, ensuite, la formule dont le suspect use communément (« avec ma casquette de président ») indique bien qu’il s’agit là d’un leurre (voir annexe 6.2 : rapport préliminaire de notre service de décryptage). »

PDF - 79.2 ko
Nom de code Enzo