Le mois de mars est un mois de lutte et de résistance pour les Amis de la Terre International. Il est marqué par le premier anniversaire du meurtre de Berta Cáceres, le 2 mars, et par la Journée internationale de lutte des femmes, le 8 mars.

Il y a un an, notre camarade Berta Cáceres, une activiste du peuple indigène Lenca, fut tuée dans son foyer à La Esperanza, au Honduras, pour avoir dirigé la lutte collective du COPINH et des Lencas pour défendre leurs terres, leurs rivières et leurs forêts contre la menace des grands barrages sur le fleuve Gualcarque. Les paroles puissantes de Berta traduisent les caractéristiques et l’importance de ce territoire pour le peuple Lenca :

"Cette cordillère a des liens très forts avec la population Lenca, ses forêts sont vivantes, ses montagnes sont vivantes. Ce fleuve est vivant, mais il est menacé par la construction de six barrages... Dans la cosmovision des Lencas, l’eau est un élément fondamental, tout comme la terre elle fait partie de l’équilibre et de la création, dans l’eau aussi habitent les esprits. C’est pourquoi il faut prendre soin de l’eau et la respecter, parce c’est un être pareil à nous."
We defend the environment, we defend human rights, 2014 (voir document ci dessous)

Berta nous a appris que la lutte pour protéger nos territoires est inséparable de la lutte contre le système capitaliste et patriarcal qui exploite et opprime les femmes. À mesure que les grandes entreprises réussissent à accumuler du capital et des bénéfices en accaparant des terres, en clôturant et en privatisant les forêts et la biodiversité gérées par les communautés, et en s’appropriant les réserves d’eau, les femmes subissent des degrés de plus en plus forts de violence et de répression institutionnalisées. Aussi bien l’environnement que le travail des femmes sont traités comme des ressources inépuisables, ouvertes à l’exploitation des transnationales, surtout aux moments de crise économique mondiale.

Des femmes des milieux paysans, populaires, indigènes et ouvriers du Honduras et du monde entier, comme Berta, s’organisent elles-mêmes pour s’opposer à la destruction de leurs territoires et communautés. Or, en le faisant elles subissent des persécutions, des violences, des menaces et même la mort aux mains d’agents de l’État ou des transnationales. Malgré cette répression les femmes résistent à la domination patriarcale de leur corps, de leur vie et de leur sexualité, elles se lèvent en tant que sujets politiques pour affirmer les droits des peuples et des femmes et pour défendre leurs moyens d’existence. Les femmes sont en train de construire la solidarité, de lutter ensemble pour l’autonomie et de reconstituer des rapports harmonieux et réciproques entre les leurs et l’environnement.

Les Amis de la Terre International, en tant que fédération qui œuvre pour la justice écologique, sociale, économique et de genre, réclame la justice pour Berta et pour les nombreuses femmes qui ont été assassinées pour avoir défendu leur subsistance et leur environnement. Nous dénonçons la violation permanente des droits et l’absence continuelle de justice. Nous accusons les responsables des attaques contre les femmes, contre les autochtones, les mouvements sociaux et les communautés de base du monde entier, et nous faisons campagne pour mettre fin à l’impunité.

Une offensive patriarcale, misogyne, xénophobe, raciste et de droite a lieu en ce moment ; elle érode et supprime les droits des femmes, surtout ceux des femmes ouvrières, paysannes, indigènes, membres des communautés locales et des mouvements populaires. Nous allons nous efforcer, avec nos alliés du mouvement féministe et d’autres mouvements sociaux, de faire avancer notre vision du monde basée sur la justice de genre, en nous opposant à toutes les formes de domination et d’exploitation.

A l’Assemblée générale biennale de 2016, les Amis de la Terre International se sont engagés à travailler pour démanteler le patriarcat. Nous pensons que cela est fondamental pour réussir à changer le système. Nous allons combattre l’exploitation du travail reproductive et productive des femmes, qui est au centre du système actuel, capitaliste, patriarcal et raciste. Nous lutterons contre toutes les formes de violence employées pour contrôler la vie, le corps et le travail des femmes.

Du 2 au 8 mars 2017, les groupes membres des Amis de la Terre International se mobiliseront avec leurs alliés pendant une semaine d’action destinée à dénoncer les auteurs de violences contre les femmes et contre nos communautés. Dans les rues et dans les médias sociaux, nous ferons savoir que nous nous battons ensemble contre le contrôle capitaliste de nos territoires et contre l’oppression patriarcale des femmes.

L’héritage de Berta nous inspire et nous donne la force de poursuivre ce combat collectif…