Libérons l’eau de la Bourse !

Le 22 mars prochain se dérouleront dans plusieurs villes du monde - dont à Bruxelles, à 12H00 en face de la Bourse - des performances d'artistes et des rencontres politiques visant l'interdiction de la spéculation en bourse sur les besoins essentiels, dont l'accès à l'eau.

Le 7 décembre dernier, à un an de distance de la mise de l’eau en Bourse à Chicago, par la principale place boursière au monde dans le domaine des matières premières, le mouvement Agora des habitants de la Terre a lancé une série de manifestations citoyennes en Argentine, Brésil, Belgique, Canada-Québec, France, Italie (voir agora-humanité.org/actions) Ce même jour fut lancée en France et au Québec la revendication « Libérons l’eau de la Bourse »  déjà en cours avec succès en Italie depuis le 20 novembre 2021.
Début janvier 2022, la pétition avait recueilli plus de 100.000 signatures (plus de 70.000 en Italie et plus de 30 mille en France). Des chiffres record sur change.org pour des pétitions sur l’eau dans les deux pays. C ’est dire que l’opinion publique réagit de manière sensible contre la soumission aux intérêts prédateurs de la finance spéculative d’un bien commun mondial aussi essentiel à la vie, droit universel, qu’est l’eau

Forts de cette évidence, le 25 janvier, à la conclusion du Forum européen de l‘eau à La Rochelle, organisé par Benoît Biteau, membre du Parlement européen, groupe des Verts, plusieurs parlementaires (européens et nationaux) ont approuvé la proposition d’organiser le 22 mars , journée mondiale de l’eau, une assemblée à distance de parlementaires de divers pays du monde en faveur de la libération de l’eau de la mainmise par la Bourse..

Objectifs de l’Assemblée

Libérer l’eau de la Bourse est urgent. Après l‘ouverture des marchés des produits dérivés aux contrats à terme de vente/achat de l’eau ,la Bourse de New York (« Wall Street »), la plus grande au monde, a décidé, fin octobre dernier, de créer une nouvelle classe d’avoirs financiers concernant directement tout élément du monde naturel. A cette fin, elle a donné vie à des nouvelles entreprises opérant en Bourse, les Natural Assets Corporations, censées gérer les éléments de la nature selon les logiques des marchés boursiers.. Cela, ce n’est pas une blague,  dans le but de la sauvegarde et la protection de la nature ! Quelle mystification. Le plus grave, c’est que les pouvoirs publics dominants ont laissé et laissent faire..

L’objectif de l’Assemblée est de rassembler une quarantaine de parlementaires de divers pays du monde porteurs de visions politiques plurielles, mais convergentes sur le principe fondamental que le devenir de la vie ne doit pas être décidé par les Bourses, mais par les représentants élus des peuples et par les citoyens eux-mêmes..

Les pouvoirs publics ne peuvent pas laisser les groupes privés mondiaux puissants et spéculateurs décider sur le futur de la Terre et .de la vie de milliards d’êtres humains et des autres espèces vivantes.

Cette éclatante négation de la démocratie et de la justice sociale doit cesser sous la pression des parlementaires et des citoyens.

Il faut régénérer le politique public responsable et commencer à construire le politique public responsable mondial (du local au planétaire).

Organisation

L’Assemblée est organisée et gérée par un Comité promoteur composé pour commencer par des eurodéputé-e-s à qui revient la tâche de l’invitation et de la soumission d’un projet de résolution transmis aux participants une semaine avant la tenue de l’Assemblée.

L’Assemblée sera à distance, d’une durée de trois heures. Le centre de communication sera localisé ( à confirmer), à Rome. Il n’est pas exclu que certains parlementaires présents à Rome puissent participer en présence.

La résolution politique se donnerait comme but, d’une part, de revendiquer l’arrêt immédiat des décisions prises par les Bourses et d’autre part, d’adopter des propositions simples, claires, sur le devenir de biens communs mondiaux comme l’eau et sur les principes à respecter et les modalités à mettre en place pour une régulation politique mondiale concernant la sauvegarde et la promotion des droit essentiels de et à la vie .

Il s’agirait d’une résolution courte largement diffusée à l’échelle mondiale en plusieurs langues et remise pour information à l’ensemble des parlements nationaux et des assemblées parlementaires internationales.

Jusqu’à la tenue de l’Assemblée, le « secrétariat » sera assuré par l’Agora des Habitants de la Terre, promoteur de l’initiative, en collaboration étroite avec le Comité promoteur des parlementaires ci-dessus.

Une initiative et texte rédigé le 14 février 2022 par Riccardo Petrella, auteur du Manifeste de l’eau (1998), fondateur du Comité international pour un contrat mondial de l’eau (1997), et aussi notamment, des Agoras des Habitants de la Terre (2020).

Rejoignez dès maintenant l’événement Facebook.

Détails de l'événement